APERÇU REGIONAL

MESSAGE CLÉ

La plupart des gens atteints du diabète vivent dans des régions du monde économiquement moins développées, et même dans la région présentant la prévalence la plus basse (l’Afrique), on estime qu’à peu près 330.000 décès sont attribuables au diabète en 2010. De plus, les gens atteints du diabète dans ces régions reçoivent moins de 20% du coût des dépenses mondiales consacrées au diabète, révélant ainsi les grandes disparités qui existent toujours entre pays et régions.

Une vue d’ensemble de chacune des sept régions de la FID est représentée ici pour permettre une meilleure compréhension du diabète et de ces conséquences. Chaque région est très hétérogène, pas seulement en termes socio-économiques ou géographiques mais aussi un terme de prévalence de diabète, de mortalité et des soins de santé.

La prévalence du diabète et de l’intolérance au glucose

La région du Pacifique Ouest comptera le plus grand nombre de personnes atteintes du diabète avec 77 millions tandis que l’Afrique présentera le plus petit nombre avec 12 millions en 2010. Cependant, la région qui aura la plus haute prévalence comparative sera l’Amérique du Nord et les Caraïbes avec 10.2 % des 20-79 ans atteints de diabète. Ensuite suit le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord avec 9.3%. La prévalence du Pacifique Sud quant à elle reste significativement plus basse avec seulement 4.7%. (Voir table 3.1).

Le schéma est similaire dans le cas de l’intolérance au diabète. La région du Pacifique Ouest montrera le plus grand nombre en 2010 avec quelque 120 millions de personnes atteintes, bien que l’Amérique du Nord et les Caraïbes afficheront la prévalence comparative la plus haute avec 10.4% de la population adulte affecté par l’intolérance au diabète. De façon plus générale, la prévalence d’’intolérance au diabète est similaire à celle du diabète, mais quelque peu plus importante en ce qui concerne l’Afrique et le Pacifique Ouest, et légèrement plus basse en ce qui concerne l’Amérique du Nord et les Caraïbes.

La mortalité

L’excès de mortalité du au diabète va de 6.0% de la mortalité totale en Afrique dans la tranche d’âge 20-79 ans pour atteindre les 15.7% en Amérique du Nord et aux Caraïbes. Au-delà des 49 ans, le diabète représente une proportion de la mortalité plus importante chez les femmes que chez les hommes, et ce dans toutes les régions, atteignant parfois même les 25 % de la mortalité totale dans certaines régions et certaines tranche d’âge (Voir Morbidité et mortalité). Ces estimations suggèrent que le diabète s’avère être une cause considérable de mortalité ; ainsi chercher à la réduire apparait comme justifié et nécessaire.

Les dépenses de soins de santé

Les disparités entre les régions peuvent clairement s’expliquer dans les dépenses de soins de santé relatives au diabète. Ainsi on considère que la région Nord Américaine et des Caraïbes dépensera quelque 214 milliards d’USD, soit 57% des dépenses mondiales relatives au diabète en 2010 alors que l’Europe ne dépensera que 53 % de cette même somme sur la même période. En même temps, le Pacifique Sud ne dépensera qu’un tiers des dépenses faites en Europe toujours sur la même période. Pour finir le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, l’Amérique du Sud et Centrale et le Sud-est Asiatique dépenseront chacune à peine 2% du total mondial tandis que pour l’Afrique cela n’atteint que 0.4%.

Les programmes nationaux du diabète

Une enquête chez les associations membre de la FID a été conduite en 2008 afin d’obtenir des informations sur l’existence et l’implantation de programmes nationaux de lutte contre le diabète au niveau mondial (voir Programmes nationaux de lutte contre le diabète). Un peu plus de 89 pays ayant répondu indiquent l’existence d’un programme national sur le diabète.