Les impacts économiques du diabète

Le diabète impose une lourde charge financière sur l’individu, le système de soins de santé et sur l’économie en général. On s’attend à ce que les dépenses en soins de santé pour le diabète s’élèvent à 11.6% des dépenses totales de santé au niveau mondial en 2010. On prédit qu’à peu près 80% des pays couverts dans ce rapport dépenseront de 5 à 13% de leur budget total de soins de santé dans le diabète.

Les dépenses de soins de santé mondiales

On estime que les dépenses de soins de santé pour traiter et prévenir le diabète et ses complications atteindront plus de 376 milliards de dollars en 2010. D’ici 2030, ce chiffre excédera probablement les 490 milliards de dollars. Les dépenses mondiales pour le diabète exprimées en dollar international (ID) - monnaie fictive réajustant les disparités en basant son pouvoir d’achat sur celui qu’a le dollar américain aux Etats-Unis - s’élèveront à 418 milliards d’ID en 2010 et à 561 milliards d’ID en 2030. On estime que l’on dépensera en moyenne dans le monde 703 USD (878 ID) par personne pour le diabète en 2010.

Les dépenses relatives au diabète ne sont pas réparties de manière équivalente selon l’âge ou le sexe. Les estimations montrent ainsi que plus des trois quarts des dépenses mondiales en 2010 sont allouées à des personnes âgées de 50 à 80 ans. Par ailleurs les sommes dépensées pour les soins envers les femmes sont plus importantes qu’envers les hommes.

Les disparités dans les dépenses de soins de santé

Il existe une large disparité dans les dépenses de soins de santé relative au diabète variant d’un pays ou d’une région à l’autre. Ainsi, plus de 80% des dépenses estimées sont réalisées dans les pays économiquement les plus riches, et non dans les LMC où vivent pourtant plus de 70% des gens atteints du diabète dans le monde.

Les USA dépenseront ainsi à eux seuls 192 milliards d’USD en 2010, soit 52.7% des dépenses mondiales ; alors que l’Inde, le pays avec la plus large population atteinte du diabète dépensera une somme estimée à 2.8 milliards d’USD sur la même période, soit moins d’1% des dépenses mondiales. Aux USA, une moyenne estimée à 7383 d’USD par personne sera dépensée pour les soins relatifs au diabète en 2010 ; alors qu’au Burundi, en Côte d’Ivoire et au Myanmar ce seront moins de 10 USD par personne qui seront dépensés sur la même période.

La charge financière supportée par les gens atteints du diabète et leur famille en raison de leur maladie dépend de leur statut économique et des politiques de sécurité sociale de leur pays. Ceux vivant dans des pays à bas revenus payent une plus large part des dépenses en raison d’un système d’assurance médicale moins riche ou en raison d’un manque de services médicaux publics. En Amérique Latine par exemple les familles payent de leur poche de 40 à 60% des dépenses en soins de santé. Dans les pays les plus pauvres, les personnes atteintes du diabète et leurs familles supportent financièrement la quasi-totalité des soins médicaux qu’ils peuvent prendre à leur charge

Les conséquences sur l’économie

En plus des excès de dépenses des soins de santé, le diabète impose aussi un fardeau économique sous la forme d’une moindre productivité and d’une croissance économique moins forte. L’Association Américaine du Diabète estime ainsi que l’économie américaine a perdu quelque 58 milliards d’USD, soit l’équivalent de la moitié du budget direct alloué au système de soins de santé pour le diabète en 2007 et ce en conséquence des journées de travail perdues, de l’activité journalière restreinte, d’une moindre productivité au travail, d’une mortalité et d’un handicap permanent causé par le diabète. De telles pertes peuvent s’avérer peut-être relativement plus importantes dans les pays plus pauvres à cause des décès prématurés dus au diabète quand ils se produisent à un âge assez jeune. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) prévoit ainsi des pertes nettes dues au diabète et aux maladies cardiovasculaires au niveau du revenu national de l’ordre de 557.7 milliards d’ID en Chine de 303.2 milliards d’ID en Fédération de Russie, de 236.6 milliards d’ID en Inde de 49.2 milliards d’ID au Brésil et de 2.5 milliards d’ID en Tanzanie entre 2005 et 2015.

Le fardeau économique le plus lourd est la valeur monétaire associée à l’incapacité et la perte de vie comme conséquence du diabète et de ses complications. Cette charge économique peut cependant être réduite en implémentant des mesures bon marchés et faciles à mettre en place, dont la plupart desquelles sont efficaces et abordables, et ce même dans les pays les plus pauvres. Néanmoins ces types d’interventions restent peu communes dans les pays à bas et moyen revenus

La précision des estimations

Une formule relativement simple a été utilisée dans ce rapport. La précision des estimations est sujette à la façon dont les hypothèses utilisées dans la formule correspondent à la situation de chaque pays. Les dépenses par personne relatives au diabète ont été comparées avec des estimations indépendantes obtenues de pays industrialisés où les études directes sur le coût du diabète ont été conduites et se sont avérées être précises. En général, ces estimations sont moins précises quand il s’agit de pays à bas et moyen revenus en raison de la piètre qualité des données, soulignant le besoin d’études économiques élaborées sur la santé, ceci pour mieux comprendre le véritable impact du diabète.

Le «document de référence» les conséquences économiques du diabète » et les estimations pays par pays sur lesquelles ce résumé est basé sont disponible dans la section Téléchargements.

Carte 2.6 Moyenne des dépenses de santé par personne atteinte du diabète (USD), R = 2, 2010

Go to the map section and select the map of your choice