Le diabète et les objectifs du Millénaire pour le développement

Le diabète est étroitement lié à la pauvreté, à une mauvaise alimentation, aux maladies infectieuses et à de nombreux aspects du développement social et humain. Tout cela affecte les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) qui ont établis et adoptés par la communauté mondiale de la santé et qui doivent être réalisés d'ici 2015. De nombreux pays accusent du retard dans la réalisation des OMD.

Le diabète affecte les personnes de statut socio-économique inférieur, et touche de manière disproportionnée les pays à faible et moyen revenu. Sans compter que la prévalence du diabète et d'autres maladies non transmissibles (MNT) est en hausse et que le fardeau des maladies infectieuses demeure élevé. Ce "double fardeau" des maladies infectieuses et des MNT mine les efforts visant à réduire la pauvreté et à atteindre les OMD dans de nombreux pays. 1 

Le diabète est un problème de pauvreté (OMD 1)

Le diabète peut avoir un impact économique énorme, que ce soit en raison de la part importante des revenus dépensée dans les soins, de la perte du revenu ou de l'emploi ou de la productivité réduite. Ainsi, en Inde, les soins du diabète engloutissent jusqu'à 25 % du revenu annuel d'un ménage. 2  TLe fardeau économique du diabète et des handicaps résultant des complications peuvent conduire des familles dans la misère la plus totale. Au niveau national, l'épidémie du diabète menace de submerger les systèmes de santé, voire d'annuler les progrès réalisés par les pays à faible revenu en termes de développement. 3  De ce fait, les efforts pour éradiquer la pauvreté extrême seront entravés.

L'inégalité entre les genres et le diabète (OMD 3)

Le faible statut socio-économique, légal et politique des filles et des femmes peut accroître l'exposition et la vulnérabilité aux facteurs de risque du diabète, en particulier dans les pays à faible et moyen revenu. Dans les pays où l'inégalité entre les genres est plus prononcée, le faible statut social des filles et des femmes peut conduire à une mauvaise alimentation, tandis que les normes sociales peuvent limiter l'activité physique.

Si les femmes ont un accès réduit à des soins de santé essentiels du diabète à cause d'inégalités entre les genres au niveau du pouvoir, des services, de la culture et de l'organisation des services, cela pourrait se traduire par un risque accru de complications et de décès (Chapitre 2). Les femmes et les filles ont plus de risques de devoir assumer la charge des soins d'un membre de la famille atteint de diabète, 4  ce qui contribue aux inégalités en termes de santé entre les hommes et les femmes et affaiblit les efforts en vue de promouvoir l'égalité des genres et l'autonomisation des femmes.

Le diabète et la santé maternelle et infantile (OMD 4 et 5)

Le diabète constitue un problème de santé maternelle majeur. Un diabète non contrôlé durant la grossesse risque de mettre en péril la santé de la mère et de l'enfant et est associé avec la mise au monde de bébés macrosomiques ou trop gros pour l'âge gestationnel (Chapitre 1). Cela peut conduire à des complications coûteuses et potentiellement mortelles pour la mère, telles qu'une obstruction du travail, et à des complications menaçant la vie et la santé du nouveau-né.

Le diabète gestationnel (DG) est en outre associé à plusieurs complications de la grossesse et à un risque futur accru de diabète de type 2 pour la mère et l'enfant.

Le diabète et les maladies infectieuses (OMD 6)

Bien que couvrant toutes les maladies principales, les objectifs de l'OMD 6 ont été ciblés sur le VIH/sida, la tuberculose (TB) et le paludisme (Tableau 4.2). Une personne atteinte de VIH/sida est vulnérable au diabète, dans la mesure où certains médicaments pour traiter le VIH/sida peuvent considérablement augmenter le risque de diabète. 5  Les personnes atteintes de diabète ont en outre au moins 2,5 fois plus de risques de développer la TB. En Inde, 15 % des cas de TB peuvent être imputés au diabète.

Certaines données indiquent qu'une personne atteinte de diabète a plus de risques de contracter le paludisme 6  et pourrait souffrir de conséquences plus graves en cas de développement d'un paludisme cérébral. 7  Ces liens montrent que si le diabète n'est pas inclus dans les efforts de lutte contre le VIH/sida, le paludisme et la TB, les objectifs fixés pour l'OMD 6 seront plus difficiles à atteindre.

En plus de s'attaquer au risque accru de détérioration de l'état de santé dû à ces maladies liées, l'amélioration des systèmes de santé, l'intégration des soins et le renforcement des capacités mettront en place les fondations nécessaires pour faire des progrès par rapport à toutes ces causes majeures contribuant au fardeau des maladies.

1: Stuckler D, Basu S, McKee M. Drivers of inequality in Millennium Development Goal progress: a statistical analysis. PLoS Med 2010; 7 (3): e1000241.

2: Ramachandran A, Ramachandran S, Snehalatha C, et al. Increasing expenditure on health care incurred by diabetic subjects in a developing country: a study from India. Diabetes Care 2007; 30 (2): 252-256.

3: Hu FB. Globalization of diabetes: the role of diet, lifestyle, and genes. Diabetes Care 2011; 34 (6): 1249-1257.

4: World Health Organization. Women and Health: Today's evidence, tomorrow's agenda World Health Organization; 2009.

5: Young F, Critchley JA, Johnstone LK, et al. A review of co-morbidity between infectious and chronic disease in Sub Saharan Africa: TB and diabetes mellitus, HIV and metabolic syndrome, and the impact of globalization. Global Health 2009; 5: 9.

6: Danquah I, Bedu-Addo G, Mockenhaupt FP. Type 2 diabetes mellitus and increased risk for malaria infection. Emerg Infect Dis 2010; 16 (10): 1601-1604.

7: Eltahir EM, Ghazali GE, A-Elgadir TME, et al. Raised plasma insulin level and homeostasis model assessment (HOMA) score in cerebral malaria: evidence for insulin resistance and marker of virulence. Acta Biochim Pol 2010; 57 (4): 513-520.