Le diabète dans les pays à revenu faible, moyen et élevé

Le diabète a traditionnellement été considéré comme une condition des pays riches. Les estimations de la prévalence du diabète présentées dans cette édition de l'Atlas du diabète de la FID montrent toutefois que quatre personnes atteintes de diabète sur cinq vivent dans des pays classés par la Banque mondiale parmi les pays à faible et moyen revenu. Sur les 3,6 milliards d'adultes vivant dans les pays à faible et moyen revenu en 2011, 291 millions ont le diabète. 1  À titre de comparaison, 75 millions d'adultes atteints de diabète vivent dans des pays à revenu élevé.

Les catalyseurs de l'épidémie

La hausse la plus importante du nombre de personnes atteintes de diabète au cours des 20 prochaines années se produira dans les pays à faible et moyen revenu. Cette hausse s'explique par l'augmentation de la population adulte, le vieillissement de la population et les changements de comportements associés à l'urbanisation et au développement de plus en plus rapides. Parmi les principaux changements au niveau du comportement, on notera la réduction de l'activité physique, l'adoption d'une alimentation plus riche en calories et l'augmentation associée de l'obésité. Cette évolution apparaît encore plus clairement si l'on sépare les pays à moyen revenu en pays en revenu moyen plus élevé et à revenu moyen plus bas : la prévalence du diabète est plus élevée dans les pays à revenu moyen plus élevé (10,1 %) que dans ceux à revenu moyen plus bas (8,6 %).

Distribution par âge

La majorité des personnes atteintes de diabète dans les pays à faible et moyen revenu ont moins de 60 ans et sont au sommet de leurs années productives. Cette distribution par âge est différente de celle des pays à revenu élevé, qui comptent de nombreuses personnes atteintes de diabète dans les tranches d'âge plus âgées. Les personnes dont le diabète est mal géré ou qui n'ont pas accès à des soins et à un traitement appropriés ont plus de risques de manquer le travail en raison des conséquences de la condition, ce qui se traduit par une perte de productivité. Or celle-ci se répercute à son tour sur l'économie des pays en question.

Des changements liés au développement des économies

Le Graphique 4.2 laisse entrevoir un scénario alarmant, en particulier pour les pays à moyen revenu plus bas. En raison du vieillissement, la prévalence dans les pays à moyen revenu plus bas devrait augmenter et, partant, dépasser celle des pays à revenu élevé pour toutes les tranches d'âge. À l'heure actuelle, la prévalence du diabète chez les personnes âgées de 60 ans et plus est inférieure à celle des pays à revenu élevé. Par contre, en dessous de 60 ans, la prévalence est actuellement plus élevée que dans les pays à revenu élevé. À mesure que les habitants des pays à moyen revenu plus bas vieillissent, une augmentation rapide de la prévalence du diabète chez les plus de 60 ans risque d'être enregistrée, de sorte que la courbe de distribution ressemblera davantage à celles des pays à moyen revenu plus élevé.

En outre, à mesure que les économies des pays à moyen revenu plus élevé se transforment en économies à revenu élevé, il est peu probable que la prévalence du diabète dans ces pays diminue.

Décès liés au diabète

Il y a presque autant de décès liés au diabète dans les pays à faible revenu (492 000) que dans ceux à revenu élevé (544 000), même si les pays à faible revenu affichent le taux de prévalence du diabète le plus bas (5,6 %) et une population adulte plus réduite (509 millions) que les pays à revenu élevé (789 millions). Cela reflète la mortalité liée au diabète plus élevée dans les pays à faible revenu que dans ceux à revenu élevé. Ce sont les pays à moyen revenu qui enregistrent de loin le plus grand nombre de décès liés au diabète, avec plus de 3,5 millions de décès.

Le taux de mortalité comparatif (20-79 ans) lié au diabète dans les pays à revenu élevé (0,51 pour 1 000) est plus de deux fois moins élevé que celui des pays à faible et moyen revenu (1,22 pour 1 000).

Dépenses en soins de santé

82 % de l'ensemble des dépenses en soins de santé pour le diabète sont enregistrées dans les pays à revenu élevé, à savoir 383,8 milliards d'USD en 2011. À titre de comparaison, les pays à faible revenu n'ont dépensé qu'1,1 milliard d'USD. L'absence d'investissements dans les soins et le traitement des personnes atteintes de diabète dans les pays à faible revenu pourrait expliquer cet écart dans les dépenses, ainsi que le taux de mortalité relatif élevé.

Différences au sein des pays

Pour comprendre ces différences, il est essentiel d'examiner les facteurs de disparités entre les pays, ainsi qu'au sein même des pays. Une analyse au niveau national ne donnera qu'un aperçu des facteurs responsables des nouveaux cas de diabète. Le statut socio-économique peut jouer un rôle déterminant pour les personnes atteintes de diabète dans un environnement donné et le chapitre suivant, qui est consacré aux déterminants sociaux du diabète, étudie plus avant ces liens.

 

1: The World Bank. Country and Lending Groups 2011. http://data.worldbank.org/about/country-classifications/countr-and-lending-groups [Accessed 2011-08-23]