Qu'est-ce que le diabète ?

  • On distingue 3 grands types de diabète : le diabète de type 1, le diabète de type 2 et le diabète gestationnel.
  • Sans insuline, les personnes atteintes de diabète de type 1 sont vouées à mourir.
  • Le diabète de type 2 peut rester non diagnostiqué pendant de nombreuses années.
  • Un diabète mal géré conduit au développement de graves complications et à une mort précoce.
  • Pour être efficace, la gestion du diabète requiert un partenariat étroit entre la personne atteinte de diabète et les professionnels de la santé.

Qu'est-ce que le diabète ?

Le diabète est une condition chronique qui survient lorsque le corps ne parvient plus à produire suffisamment d'insuline ou à utiliser celle-ci de manière efficace. 1  L'insuline est une hormone produite par le pancréas qui permet aux aliments de pénétrer dans les cellules de l'organisme où ils sont transformés pour fournir l'énergie requise par les muscles et les tissus pour fonctionner. De ce fait, la personne atteinte de diabète n'absorbe pas correctement le glucose, lequel continue de circuler dans le sang (hyperglycémie) en endommageant progressivement les tissus, des lésions qui débouchent sur des complications potentiellement mortelles.

On distingue 3 grands types de diabète :

  • le diabète de type 1
  • le diabète de type 2
  • le diabète gestationnel (DG)

Diabète de type 1

Le diabète de type 1 est provoqué par une réaction auto-immune, qui conduit le système immunitaire de l'organisme à attaquer les cellules productrices d'insuline du pancréas. L'organisme ne peut donc plus produire l'insuline dont il a besoin. Les raisons ne sont pas encore parfaitement comprises. La condition peut affecter les personnes de tout âge, mais survient généralement chez les enfants ou les jeunes adultes. Les personnes qui développent cette forme de diabète doivent recevoir des injections quotidiennes d'insuline afin de contrôler le niveau de glucose dans leur sang. Sans insuline, les personnes atteintes de diabète de type 1 sont vouées à mourir.

Le diabète de type 1 se développe souvent de manière brutale et peut notamment se caractériser par les symptômes suivants :

  • soif anormal et bouche sèche
  • mictions fréquentes
  • fatigue extrême/manque d'énergie
  • faim constante
  • perte de poids subite
  • cicatrisation lente
  • infections récurrentes
  • vision trouble

Les personnes atteintes de diabète de type 1 peuvent mener une vie normale et saine grâce à une insulinothérapie quotidienne combinée à une surveillance étroite, une alimentation saine et des exercices physiques réguliers.

Le nombre de personnes développant le diabète de type 1 augmente chaque année. Les raisons de cette hausse ne sont toujours pas claires, mais pourraient s'expliquer par une modification des facteurs de risque environnementaux, des événements précoces dans l'utérus, l'alimentation en début de vie ou des infections virales.

Diabète de type 2

Le diabète de type 2 est la forme de diabète la plus courante. Il se développe généralement à l'âge adulte, mais est de plus en plus fréquent chez les enfants et les adolescents. Dans le cas du diabète de type 2, l'organisme parvient à produire de l'insuline, mais en quantité insuffisante, ou ne répond pas à ses effets, ce qui entraîne une accumulation de glucose dans le sang.

Les personnes atteintes de diabète de type 2 peuvent mettre du temps à prendre conscience de leur état car il faut parfois des années avant que les symptômes se manifestent ou soient identifiés. Et pendant ce temps, l'excès de glucose dans le sang endommage l'organisme. De nombreuses personnes ne sont diagnostiquées que lorsque les complications du diabète deviennent évidentes (voir Complications du diabète).

Bien que les raisons du développement du diabète de type 2 ne soient toujours pas connues, on distingue plusieurs facteurs de risque importants, à savoir :

  • l'obésité
  • une mauvaise alimentation
  • l'inactivité physique
  • le vieillissement
  • les antécédents familiaux de diabète
  • l'ethnicité
  • une mauvaise alimentation durant la grossesse affectant le fœtus

Contrairement aux personnes atteintes de diabète de type 1, la majorité de celles souffrant de diabète de type 2 n'ont généralement pas besoin de doses quotidiennes d'insuline pour survivre. Elles peuvent toutefois se voir prescrire de l'insuline en association avec des médicaments oraux, une alimentation saine et une activité physique accrue pour gérer leur condition.

Le nombre de personnes atteintes de diabète de type 2 augmente rapidement à travers le monde. Cette hausse est liée au développement économique, au vieillissement de la population, à l'urbanisation croissante, à des changements dans les habitudes alimentaires, à la diminution de l'activité physique et à la modification d'autres schémas comportementaux. 2 

Diabète gestationnel

On parle de diabète gestationnel (DG) lorsque le diabète est diagnostiqué pour la première fois durant la grossesse. Ce type de diabète se développe généralement à un stade avancé de la grossesse en raison de l'incapacité de l'organisme à fabriquer et à utiliser toute l'insuline nécessaire pour la grossesse.

Comme le diabète gestationnel se développe généralement à un stade avancé de la grossesse, le bébé est déjà bien formé, mais toujours en pleine croissance. Le risque pour le bébé est donc moindre que dans le cas où la mère souffre d'un diabète de type 1 ou de type 2 avant la grossesse. Les femmes atteintes de DG doivent toutefois contrôler leur taux de glycémie afin de minimiser les risques pour le bébé. Une alimentation saine permet généralement d'aboutir à un tel contrôle, mais de l'insuline ou des médicaments oraux peuvent également s'avérer nécessaires.

Le diabète gestationnel développé par la mère disparaît généralement après la naissance. Les femmes qui ont présenté un DG ont toutefois plus de risques de développer le diabète de type 2 plus tard dans la vie. Les bébés nés de mères atteintes de DG ont également plus de risques d'être obèses et de développer le diabète de type 2 à l'âge adulte.

Intolérance au glucose et anomalie de la glycémie à jeun

On parle d'intolérance au glucose (IG) ou d'anomalie de la glycémie à jeun (AGJ) lorsqu'une personne présente un taux de glycémie élevé, mais inférieur à celui des personnes atteintes de diabète. L'IG est définie comme un taux de glycémie élevé après avoir mangé et l'AGJ comme un taux de glycémie élevé à jeun.

Les personnes présentant une IG ont plus de risques de développer le diabète de type 2. Il n'est donc pas surprenant que l'IG partage de nombreuses caractéristiques avec le diabète de type 2 et soit associé à l'obésité, au vieillissement et à l'incapacité du corps à utiliser l'insuline qu'il produit. Les personnes qui présentent une IG ne développeront cependant pas toutes le diabète de type 2.

Complications du diabète

Les personnes atteintes de diabète ont plus de risques de développer divers problèmes de santé majeurs. Des taux de glycémie en permanence élevés peuvent déboucher sur des maladies graves touchant le cœur et les vaisseaux sanguins, les yeux, les reins et le système nerveux. Les personnes atteintes de diabète ont en outre plus de risques de développer des infections. Le diabète est la principale cause de maladies cardiovasculaires, de cécité, d'insuffisance rénale et d'amputation d'un membre inférieur dans pratiquement tous les pays à revenu élevé. Le maintien d'un taux de glycémie, d'une pression artérielle et d'un cholestérol proches de la normale peut contribuer à retarder les complications du diabète. Les personnes atteintes de diabète doivent faire l'objet d'une surveillance régulière afin de déceler toute complication.

Maladies cardiovasculaires

Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès et de handicaps chez les personnes atteintes de diabète. Différents types de maladies cardiovasculaires sont associées au diabète, parmi lesquelles l'angine de poitrine, l'infarctus du myocarde (crise cardiaque), les accidents vasculaires cérébraux, l'artériopathie périphérique et l'insuffisance cardiaque congestive. Chez les personnes atteintes de diabète, une pression artérielle élevée, un cholestérol élevé, une glycémie élevée et d'autres facteurs de risque contribuent à augmenter le risque de complications cardiovasculaires.

Néphropathie

La néphropathie est beaucoup plus fréquente chez les personnes atteintes de diabète que chez les autres et le diabète est l'une des principales causes de l'insuffisance rénale chronique. Cette maladie est provoquée par des lésions de petits vaisseaux sanguins qui peuvent rendre les reins moins efficaces, voire les bloquer totalement. Le maintien d'un taux de glycémie et d'une pression artérielle proches de la normale peut considérablement réduire le risque de néphropathie.

Rétinopathie

La plupart des personnes atteintes de diabète développeront une forme ou l'autre de maladie oculaire (rétinopathie) pouvant endommager la vue ou provoquer la cécité. Les principales causes de la rétinopathie sont un taux de glycémie constamment élevé, associé à une pression artérielle et à un cholestérol eux aussi élevés. En cas de rétinopathie, le réseau de vaisseaux sanguins qui alimentent la rétine peut se retrouver bloqué ou endommagé, conduisant ainsi à une perte permanente de la vision. La rétinopathie peut être gérée par des examens oculaires réguliers et le maintien de taux de glycémie proches de la normale.

Neuropathie

Lorsque la glycémie et la pression artérielle sont élevées, le diabète peut endommager les nerfs à travers tout l'organisme (neuropathie). Des problèmes de digestion, de miction, d'impotence et au niveau d'autres fonctions peuvent se développer, mais les zones les plus fréquemment touchées sont les extrémités, en particulier les pieds. On parle alors de neuropathie périphérique, laquelle peut provoquer des douleurs, des picotements et une perte de sensibilité. La perte de sensibilité est un problème particulièrement grave dans la mesure où les blessures risquent de passer inaperçues avec, pour conséquence, des infections graves, un pied diabétique et des amputations.

Pied diabétique

Les personnes atteintes de diabète peuvent développer différents problèmes de pied en raison des lésions subies par les nerfs et les vaisseaux sanguins. Ces problèmes peuvent facilement conduire à des infections et des ulcères, lesquels augmentent le risque d'amputation. Les personnes atteintes de diabète présentent un risque d'amputation pouvant être plus de 25 fois supérieur aux personnes non atteintes de la condition. 3  Une gestion complète permet toutefois de prévenir un grand nombre d'amputations associées au diabète. Même en cas d'amputation, il est possible de sauver le reste de la jambe et la vie du patient grâce à un suivi de qualité par une équipe pluridisciplinaire spécialisée dans les pieds. 4  Les personnes atteintes de diabète doivent examiner régulièrement leurs pieds.

Complications de la grossesse

Les femmes souffrant d'un type quelconque de diabète durant leur grossesse risquent de développer une série de complications si elles ne surveillent pas et ne gèrent pas leur condition de très près. Les femmes atteintes de diabète de type 1 exigent une planification et une surveillance plus étroites avant et pendant la grossesse afin de limiter les complications. Un taux de glycémie élevé pendant la grossesse peut provoquer des modifications au niveau du fœtus, qui risque alors de prendre trop de poids (macrosomie) et de produire trop d'insuline. Il peut s'ensuivre des problèmes à l'accouchement, un traumatisme pour l'enfant et la mère et une chute brutale de la glycémie (hypoglycémie) de l'enfant après la naissance. Les enfants exposés de manière prolongée à un taux de glycémie élevée dans l'utérus ont plus de risques de développer le diabète par la suite.

Divers

Santé buccale

Bien que la santé buccale ne soit généralement pas considérée comme une complication, le diabète peut avoir des répercussions dessus, notamment en augmentant le risque de gingivite (inflammation des gencives) en cas de contrôle inadéquat de la glycémie. La gingivite est elle-même une cause majeure de perte de dents et peut en outre accroître le risque de maladies cardiovasculaires.

Apnée du sommeil

De récentes recherches démontrent l'existence probable d'un lien entre le diabète de type 2 et l'apnée obstructive du sommeil (AOS), qui est la forme la plus courante de trouble de la respiration pendant le sommeil. D'après les estimations, jusqu'à 40 % des personnes souffrant d'AOS ont le diabète. L'incidence de nouveaux cas de diabète chez les personnes souffrant d'AOS n'est cependant pas connu. 5  L'AOS pourrait avoir un impact sur le contrôle de la glycémie chez les personnes atteintes de diabète de type 2.

Encadré 1.1. Insuline

L'insuline est l'hormone produite par le pancréas qui permet au glucose de pénétrer dans les cellules de l'organisme où il est transformé pour fournir l'énergie dont nous avons besoin au quotidien.

Les personnes atteintes de diabète de type 1 ne peuvent pas survivre sans insuline et ont besoin d'injections quotidiennes. Les personnes atteintes de diabète de type 2 ou gestationnel peuvent également nécessiter des injections d'insuline associées à d'autres médicaments.

Frederick Banting et Charles Best ont découvert l'insuline en 1921, offrant ainsi vie et espoir aux personnes atteintes de diabète de type 1. Depuis lors, des progrès majeurs ont été enregistrés au niveau de la recherche et du développement d'insuline humaine produite par génie génétique. Jusqu'il y a peu, l'insuline était fabriquée à partir du pancréas de bovins et de porcs. Cependant, dans de nombreuses régions du monde, les personnes atteintes de diabète de type 1 n'ont toujours pas accès à l'insuline et décèdent peu après le développement de la maladie.

1: Harris M, Zimmet P. Classification of diabetes mellitus and other categories of glucose intolerance. In Alberti K, Zimmet P, Defronzo R, editors. International Textbook of Diabetes Mellitus. Second Edition. Chichester: John Wiley and Sons Ltd; 1997. p9-23.

2: World Health Organization. Prevention of diabetes mellitus. Report of a WHO Study Group. Geneva: World Health Organization; 1994. No. 844.

3: Davis TM, Stratton IM, Fox CJ, et al. U.K. Prospective Diabetes Study 22. Effect of age at diagnosis on diabetic tissue damage during the first 6 years of NIDDM. Diabetes Care 1997; 20 (9): 1435-1441.

4: International Working Group on the Diabetic Foot. International Consensus on the Diabetic Foot International Working Group on the Diabetic Foot; 1999.

5: Meslier N, Gagnadoux F, Giraud P, et al. Impaired glucose-insulin metabolism in males with obstructive sleep apnoea syndrome. Eur Respir J 2003; 22 (1): 156-160.