La réunion de haut niveau de l'ONU et au-delà

La réunion de haut niveau de l'ONU sur les maladies non transmissibles organisée à New York les 19-20 septembre 2011 a marqué un tournant majeur dans l'histoire de l'épidémie mondiale du diabète et des maladies non transmissibles (MNT). S'appuyant sur la résolution 61/225 de 2006 de l'ONU sur le diabète, ainsi que sur les enseignements tirés et sur les succès engrangés lors de la session extraordinaire de l'Assemblée générale de l'ONU sur le VIH/sida organisée il y a dix ans, la FID voyait dans la réunion de haut niveau de l'ONU sur les MNT l'occasion d'amener les chefs d'État et de gouvernement à prendre une série d'engagements au plus haut niveau politique et d'accélérer les progrès mondiaux par rapport au diabète et aux autres maladies transmissibles.

L'impact du processus

Depuis la décision unanime d'organiser un sommet de haut niveau de l'ONU sur les MNT, la FID et ses fédérations sœurs au sein de l'Alliance contre les MNT ont travaillé d'arrache-pied pour mettre en place les fondations nécessaires au succès du sommet et profiter au maximum de cette occasion unique. Le processus et les préparatifs officiels du sommet ont modifié le paysage mondial de la santé à tout jamais. Le sommet a notamment catalysé des discussions de haut niveau auparavant inexistantes sur le diabète et les MNT au niveau national, régional et mondial – entre des organisations non gouvernementales (ONG), des gouvernements, des organisations internationales et le secteur privé.

En préparation au sommet, la FID a consulté ses associations membres nationales et des experts en diabète afin d'aligner les priorités et de parler d'une seule voix du diabète lors des discussions. Les principales priorités identifiées par plus de 115 associations membres issues de 160 pays ayant pris part à cette consultation sont présentées dans l'Encadré 5.1. Sur la base des informations recueillies lors de ces consultations, la FID et l'Alliance contre les MNT ont publié un document intitulé Proposed Outcomes Document (Proposition de document de synthèse), qui fixe les priorités pour les négociations.

Négociations officielles

Le processus officiel en vue du sommet a notamment inclus des consultations régionales de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur les MNT qui, pour beaucoup, ont débouché sur des déclarations officielles qui ont mis en exergue les points de convergence et les divergences des gouvernements et des groupes politiques concernant les priorités. L'OMS a par ailleurs organisé une série de consultations multisectorielles, co-organisé la première conférence ministérielle mondiale sur les MNT et travaillé au côté de l'ONU afin de convoquer une réunion de la société civile au siège de l'ONU qui a été une occasion de plus pour les décideurs gouvernementaux de se familiariser avec les données et les problèmes liés aux MNT et d'entendre les priorités de la société civile, notamment celles proposées par l'Alliance sur les MNT. Dans le cadre de ce processus, l'OMS, le Secrétaire général de l'ONU et le Forum économique mondial ont tous publié des rapports venant étayer les données probantes existantes concernant les MNT, en plus de souligner le coût de l'inaction. 

Création et renforcement des alliances

Les préparatifs du sommet ont eu pour autre conséquence majeure de renforcer les alliances et les partenariats en vue de lutter contre l'épidémie mondiale des MNT. La FID et l'Alliance contre les MNT ont mis sur pied en un temps record un mouvement de la société civile visant à défendre une cause commune à travers les différentes maladies. Ce mouvement est voué à perdurer et jouera un rôle déterminant dans le maintien du dynamisme et la surveillance des engagements après le sommet. Des relations influentes ont été établies avec les gouvernements, le secteur privé et des ONG travaillant sur des questions de développement interconnectées, telles que la santé maternelle et infantile, le VIH/sida et la TB. La FID et les partenaires de l'Alliance contre les MNT ont publié deux articles de poids sur les priorités et les solutions concernant les MNT en collaboration avec le groupe de travail sur les MNT de la revue The Lancet. Ces alliances ont notamment encouragé l'échange des meilleures pratiques et de solutions innovantes sur la prévention et le contrôle du diabète et des MNT. 

Encadré 5.1 

Principales priorités par région de la FID  

(pourcentage de répondants tout à fait d'accord)

  • Afrique: "Accès à des médicaments et à des fournitures bon marché" (86 %)
  • Europe: "Programmes de détection et de gestion des complications du diabète" (72 %)
  • Middle East and North Africa: "Amélioration de la formation, de l'éducation et du soutien offerts aux professionnels de la santé" et "élargissement des services de santé à toutes les régions du pays" (100 %)
  • North America and Caribbean: "Promotion d'une alimentation saine par le biais de l'éducation" et "accès à des aliments sains pour les groupes défavorisés de la population" (100 %)
  • South and Central America: "Accès à des médicaments et à des fournitures bon marché" et "éducation à des soins autonomes" (100 %)
  • South-East Asia: "Étiquetage des produits alimentaires" (100 %)
  • Western Pacific: “Éducation à des soins autonomes" (93 %)

L'avenir du diabète au lendemain de la réunion de haut niveau de l'ONU sur les MNT

Ces préparatifs ont conduit à l'élaboration d'une déclaration politique destinée à être soumise pour approbation lors de la réunion de haut niveau. Les négociations ont traîné en longueur en raison de l'absence de consensus sur de nombreuses questions importantes. Les 193 États membres de l'ONU se sont toutefois finalement mis d'accord sur un document fort contenant toute une série d'engagements politiques. Cette déclaration innovante marque la reconnaissance par les dirigeants de la planète de l'ampleur et de l'impact des MNT et fait de celles-ci un problème de développement dépassant le cadre du secteur de la santé. C'est un record : 34 chefs d'État et de gouvernement ont participé à la réunion et 120 États membres ont fait des déclarations. La réunion de haut niveau a incontestablement fait naître une volonté politique et un leadership en faveur du diabète et des MNT et la déclaration politique qui en a résulté offre un cadre destiné à sauver des millions de personnes d'une mort et de handicaps évitables.

Domaines de succès

Leadership et coopération internationale   Le diabète et les MNT sont désormais perçus comme un problème de développement. La déclaration encourage leur inclusion sur les agendas du développement et invite les organisations internationales à offrir une assistance technique aux pays en développement et à assurer le renforcement de leurs capacités en matière de MNT. Le leadership national constitue un élément clé, dans la mesure où les gouvernements s'engagent de manière spécifique à élaborer ou à renforcer des politiques ou des plans nationaux multisectoriels d'ici 2013.

Médecines et technologies essentiels 

La déclaration pousse les gouvernements à améliorer l'accès à des médicaments et des technologies de diagnostic abordables, sûrs, efficaces et de qualité éprouvée, autant de points essentiels pour les personnes atteintes de diabète. Elle inclut des dispositions spécifiques concernant l'utilisation de médicaments génériques et l'introduction d'une certaine flexibilité au niveau de l'octroi de licences pour les brevets afin d'améliorer l'accès et la disponibilité et de garantir un coût abordable.

Systèmes de santé 

La déclaration reconnaît l'importance d'un système de santé opérationnel pour prodiguer des soins aux personnes atteintes de MNT, ainsi que d'une couverture universelle au sein des systèmes de santé nationaux, en particulier par le biais de mécanismes de protection sociale et de soins de santé primaires. La déclaration contient également des engagements visant à promouvoir la formation et la rétention des professionnels de la santé.

Prévention

L'accent est mis sur des environnements encourageant la santé au moyen d'actions de promotion d'une alimentation saine et d'une activité physique accrue au travers de programmes d'aménagement urbain, de transports actifs et de style de vie sain sur le lieu de travail. Les gouvernements se sont engagés à réduire le sel, les glucides et les graisses saturées, de même qu'à éliminer les graisses trans d'origine industrielle dans les aliments, bien qu'aucun objectif n'ait été fixé. La déclaration reconnaît les liens entre la sous-nutrition maternelle durant la grossesse et le diabète gestationnel, d'une part, et le risque accru de voir le nouveau-né développer le diabète plus tard dans la vie, d'autre part. La déclaration encourage l'inclusion des MNT dans les programmes de santé génésique, maternelle et du nouveau-né.

Suivi

Le Secrétaire général de l'ONU est tenu de présenter un rapport sur les progrès réalisés en 2013 à l'occasion de l'Assemblée générale et les États membres procéderont à un examen et à une évaluation approfondis en 2014. Cet examen permettra de suivre les engagements de la présente déclaration et les progrès faits par rapport aux objectifs et indicateurs mondiaux futurs que les États membres sont tenus d'atteindre. Il permettra en outre de s'assurer de l'intégration du diabète et des MNT aux côtés d'autres priorités sanitaires dans les futurs objectifs pour le développement convenus au niveau international une fois que les actuels objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) seront arrivés à leur terme en 2015.

Domaines d'action futurs

Cibles

La déclaration ne contient aucun objectif global ni cible limitée dans le temps. Ainsi que démontré par la déclaration politique de 2001 sur le VIH/sida, des objectifs et des cibles audacieux inspirent le leadership, garantissent des actions étendues et favorisent l'élaboration d'un plan d'action politique permettant aux parties prenantes de mesurer les progrès. Les États membres ont raté cette opportunité en repoussant la décision à 2012, date à laquelle ils conviendront d'un cadre de surveillance mondial complet pour les MNT, ainsi que d'objectifs et d'indicateurs mondiaux volontaires.

Ressources

Bien que la déclaration reconnaisse que les ressources allouées au diabète et aux MNT ne sont pas adaptées à l'ampleur du problème, elle ne contient aucun engagement concret et invite uniquement les États membres à étudier des sources de financement potentielles. Il est encourageant de noter qu'elle fait allusion à des canaux bilatéraux et multilatéraux, lesquels ont à ce jour été limités pour le diabète et les MNT, de même qu'à des approches innovantes de financement à long terme.

Partenariat

Les gouvernements reconnaissent l'importance d'une action multisectorielle, sans toutefois s'engager à instaurer un partenariat de haut niveau sur les MNT pour coordonner et diriger les actions de suivi. À la place, ils ont demandé au Secrétaire général de l'ONU de présenter en 2012 des recommandations décrivant dans les grandes lignes les options pour la création d'un tel partenariat. Les ONG doivent être impliquées dans ce processus.

Les prochaines étapes

La réunion de haut niveau de l'ONU sur les MNT est un événement décisif et marque le début d'une nouvelle ère pour le diabète. La déclaration politique ouvre la voie à des efforts de sensibilisation en faveur du développement des objectifs mondiaux, d'un cadre de surveillance et d'un partenariat de haut niveau sur les MNT en 2012. Compte tenu de la révision des OMD prévue en 2013, la communauté internationale du diabète doit faire campagne afin de s'assurer que le diabète et les MNT seront intégrés dans les futurs objectifs pour le développement convenus au niveau international. Les gouvernements se tournent aujourd'hui vers la société civile pour obtenir des conseils et une expertise technique pour la mise en œuvre des différents points de la déclaration. La FID est prête à mettre son expertise au service des gouvernements en vue de les aider à prendre les mesures nécessaires, de même qu'à jouer un rôle de "chien de garde" visant à s'assurer que les gouvernements respectent leurs engagements. La FID est fière d'avoir pris la tête du mouvement ayant conduit à ces progrès, mais la campagne se poursuit pour les millions de personnes atteintes de diabète à travers le monde.