Education au diabète et responsabilisation : un rôle pour les jeunes

En 1984, José Gabriel, un petit garçon de six mois habitant Quito, en Equateur, est tombé dans le coma. Sa famille reçut l'assurance que José irait bien aussi longtemps qu'il recevrait l'insuline prescrite. Pourtant, 8 ans plus tard, malgré avoir dépensé la plus grande partie du revenu familial en fournitures du diabète, José a sombré de nouveau dans le coma. Pour tenter de comprendre ce qui n'allait pas, la famille de José a rassemblé les fonds nécessaires pour l'envoyer consulter un spécialiste en diabète. Ils ont découvert que, pour un certain nombre de raisons, les taux de glycémie de José n'étaient pas gérés correctement – José et ses parents n'avaient jamais reçu de conseils adéquats pour la gestion de la condition de l'enfant. Pour José et ses parents, et pour de nombreux autres jeunes atteints de diabète, en particulier dans les pays en développement, le manque d'éducation au diabète est aussi dangereux que le manque d'insuline.
Attachment: 
Keywords: 
camps du diabète, AYUDA, Amérique latine, Equateur, Campo Amigo