Gestion du diabète dans un centre de soins primaires : l'hôpital national Kenyatta

Le diabète est de plus en plus courant partout dans le monde et le Kenya ne fait pas exception. D’après les estimations du ministère de la Santé, la prévalence du diabète se situe autour de 10 % (soit 3,5 millions de personnes). Source d’une grande souffrance humaine, le diabète représente une lourde charge économique pour les personnes concernées et leur famille mais également pour les systèmes de soins de santé. Le nombre de personnes atteintes de diabète de type 2 lié à l’obésité connaît une forte croissance alors que les comportements sédentaires et les aliments riches en graisses et en sucre, symptômes du développement de la pauvreté urbaine, remplacent l’activité physique régulière et l’alimentation à base de légumes caractéristiques du style de vie rural. Les compétences en autogestion du diabète sont donc de plus en plus importantes. Atieno Jalang’o nous informe depuis le Kenya d’une initiative de soins primaires efficace mise en place dans un centre de soins tertiaires et qui offre une éducation au diabète centrée sur l’autogestion ainsi qu’un suivi et un soutien cliniques.
Attachment: 
Keywords: 
Afrique, Kenya, la prise en charge et l'autogestion, mini-clinique