Intégrer les questions psychosociales dans les programmes nationaux de gestion du diabète

Il est largement reconnu que les personnes atteintes de diabète peuvent mener une vie 'normale' en famille, sur leur lieu de travail et socialement. Toutefois, il est également reconnu que l'autonomisation est un processus complexe et exigeant. Etre contraint d'équilibrer l'apport alimentaire et l'exercice physique avec la prise de médicaments, de s'auto-injecter de l'insuline et de tester ses taux de glycémie n'a rien de 'normal'. Les exigences de la gestion autonome du diabète peuvent avoir un impact négatif sur l'état psychologique des personnes. Dans cet article, Ruth Colagiuri défend l'idée que les problèmes psychosociaux devraient être reconnus comme une complication du diabète. L'auteur suggère que les problèmes psychologiques devraient être identifiés et gérés au même titre que les problèmes de santé physique.
Attachment: 
Keywords: 
soins psychosociaux, DAWN, programmes nationaux du diabète, Australian National Diabetes Strategy and Implementation Plan,