Mise à l'épreuve des limites - désastre et diabète


Comment mesurer une crise du diabète ? La vie avec le diabète, en particulier de type 1, dans les pays développés met souvent en lumière les limites des traitements et médicaments salvateurs : test de la glycémie 5-10 fois par jour, injection d'insuline 6-10 fois par jour, port de dispositifs médicaux sous-cutanés et prise en charge des hyperglycémies et de la menace de complications sur fond de contrôle glycémique étroit et de risque d'hypoglycémies graves, parfois fatales. Dans des conditions optimales, les traitements du diabète sont lourds, mais permettent d'assurer la survie des personnes concernées.

Imaginez à présent qu'un autre fardeau s'ajoute à ce tableau, tel que l'isolement et les privations en cas de guerre ou de catastrophe naturelle : des régions se retrouvent sans électricité, nourriture saine, eau potable, soins médicaux et fournitures essentielles du diabète. Songez à ce garçon de dix ans atteint de diabète de type 1 qui tue le temps dans un camp de réfugié et se voit finalement soumis à un test de glycémie par un travailleur humanitaire. Le résultat du test est alarmant, peut-être très au-delà de 40 mmol/l (720 mg/dl), en partie parce qu'il a reçu son premier bol de nourriture de la semaine. Combien de temps survivra-t-il sans insuline ?

La mise à l'épreuve des limites du diabète dans un monde où les décès précoces dus à cette condition sont évitables est intolérable et injuste, mais continue de se produire dans de nombreuses régions à travers le monde. Heureusement, l'aide arrive parfois pour sauver des vies dans un environnement où les opérations humanitaires internationales considèrent souvent que « le diabète ne relève pas de leur compétence et n'est pas une urgence. »

Cet article spécial se concentre sur trois régions et les voix des personnes les plus proches du diabète en période de crise écologique ou politique : les médecins et les travailleurs humanitaires qui aident les personnes dépourvues de fournitures du diabète à survivre au lendemain du typhon Haiyan aux Philippines ; une équipe chargée de distribuer l'insuline et un responsable de la sensibilisation qui prennent des risques pour acheminer l'insuline jusqu'aux personnes qui en ont le plus besoin en Syrie ; et une équipe de spécialistes qui sauve des milliers de personnes atteintes de diabète au Mali.
 


Section: