Jeter des ponts pour la prévention et du traitement du diabète avec BRIDGES

Linda Siminerio, rédactrice invitée de Diabetes Voice:

Depuis 50 ans, j'ai eu l'occasion d'observer les progrès dans le domaine du diabète. Si l'on jette un regard en arrière et sur l'avenir, force est de constater que ce processus laisse entrevoir des promesses.

Je me revois dans les années 1960 regarder mon père se battre avec les traitements et outils rudimentaires alors à la disposition des personnes atteintes de diabète. Il devait se soumettre à un régime strict, à des tests d'urine et à des injections d'insuline au moyen d'une seringue en verre munie d'une longue aiguille. Il n'existait aucun test de surveillance. Toutes ses décisions en matière de soins reposaient sur des conjectures. Et malgré tous ses efforts, son diabète s'est soldé par une série de complications et une fin tragique.

Les années ont passé pour la communauté du diabète sans qu'il y ait beaucoup de progrès. Il a fallu attendre les années 1970 pour voir apparaître de nouveaux médicaments, des produits à base d'insuline et des outils d'administration plus performants, qui allaient offrir un certain soulagement à la communauté du diabète. Pourtant, les personnes atteintes de diabète ne disposaient toujours d'aucun moyen pour déterminer les hauts et les bas de leur glycémie. Elles continuaient donc à souffrir de complications graves dues à leur condition.

Des méthodes de surveillance de la glycémie sont finalement apparues dans les années 1980. Des outils de test de la glycémie et de l'hémoglobine HbA1c ont fourni les informations nécessaires aux personnes atteintes de diabète et aux prestataires de soins. La communauté du diabète a pu pousser un nouveau soupir de soulagement La surveillance de la glycémie permettrait d'éviter les complications.

Dans les années 1980 et 1990, la disponibilité d'outils de surveillance a permis aux scientifiques et aux gouvernements du monde entier d'enfin investir du temps et de l'argent pour apporter des réponses à une série de questions en suspens. Le contrôle de la glycémie prévient-il réellement les complications du diabète ? Pouvons-nous empêcher le développement du diabète chez les personnes à risque ? Des études majeures nous ont appris que le contrôle de la glycémie permettait de prévenir les complications chez les personnes atteintes de diabète de type 1. De même, le contrôle de la pression artérielle et de la glycémie est très important pour les personnes atteintes de diabète de type 2. Enfin, pour les personnes à risque, plusieurs études de grande envergure ont montré que des interventions sur le style de vie contribuaient à réduire le risque de développer le diabète. La communauté du diabète a poussé un nouveau soupir de soulagement, avant de prendre conscience que ces conclusions scientifiques essentielles sommeillaient depuis quelques temps sur les étagères des universités.

Et au grand soulagement de tous...les chercheurs, les décideurs du secteur de la santé et les agences de financement ont pris conscience qu'il y avait encore beaucoup à faire dans le domaine du diabète. Des ponts ont été jetés pour transposer ces conclusions fondamentales de la recherche dans les communautés au sein desquelles vivent des personnes atteintes de diabète ou à risque.

Vous découvrirez dans ce numéro de Diabetes Voice un aperçu de l'univers de la recherche translationnelle. BRIDGES (Bringing Research In Diabetes to Global Environments and Systems) est un programme de la Fédération Internationale du Diabète (FID), soutenu par une bourse éducative de Lilly Diabetes, dédié à des projets de recherche translationnelle. Il transpose les enseignements tirés de la recherche au sein des communautés. Vous découvrirez dans ce numéro quelques projets sur lesquels travaillent actuellement des chercheurs du monde entier dans leur combat pour prévenir et soigner le diabète.

En Tunisie, une intervention sur le style de vie est actuellement testée auprès d'élèves. Au Pakistan, des chefs de projets travaillent en partenariat avec des experts en prévention finlandais en vue de transposer le programme efficace de prévention du diabète de la Finlande dans le cadre d'une intervention sur le style de vie adaptée au contexte culturel visant à prévenir le diabète de type 2 au Pakistan.

Des modèles de soins, une éducation et des programmes basés sur les pairs sont développés et testés en Autriche, au Brésil, dans les Caraïbes, en Chine et au Danemark dans le but d'offrir des soins et une éducation de meilleure qualité aux populations de ces pays.

D'autres projets s'appuient sur la technologie. Ainsi, un système d'autogestion par téléphone mobile est utilisé pour aider les personnes atteintes de diabète en République démocratique du Congo, au Cambodge et aux Philippines. Un DVD dédié au diabète gestationnel est en cours de test auprès de mères enceintes au Royaume-Uni.

De nombreux efforts ont été consacrés au test de stratégies de prévention et de traitement du diabète. Nous devons collaborer, apprendre les uns des autres, adapter les résultats à nos propres communautés et nous appuyer sur les approches testées. Au terme de la lecture de ce numéro dédié à la recherche translationnelle BRIDGES, j'espère que vous conviendrez que tout cela laisse entrevoir la promesse de pouvoir aider les personnes affectées par le diabète à l'avenir.

Pour terminer, je tiens à remercier Lilly Diabetes pour son soutien continu. Je voudrais également remercier les membres des comités exécutif et de révision de BRIDGES et du bureau exécutif de la FID pour leur dévouement et leur travail acharné en vue de faire de ce programme un succès.


Section: