Journée Mondiale du Diabète 2005

Diabète et soins des pieds - Partons du bon pied : évitons l’amputation

La Journée Mondiale du Diabète 2005 était consacrée au diabète et aux soins des pieds, complétant ainsi la série de thèmes sur les complications du diabète lancée en 2001. Cette journée marquait le début d'une campagne longue d'une année centrée sur ce sujet. Plutôt que de consacrer tous ses efforts au 14 novembre, la FID a commencé à diversifier ses activités durant l'année afin de tirer le maximum de bénéfices des opportunités de sensibilisation qui se présentent. Une campagne longue d'un an a permis à la FID d'attirer davantage l'attention sur le thème de la Journée Mondiale du Diabète et de s'assurer que les documents parviennent à nos membres dans les temps.

Le diabète est une condition chronique grave. En 2006, la prévalence mondiale du diabète était estimée à 246 millions. Il est prévu que ce chiffre atteigne 380 millions d'ici 2025 en raison de l'augmentation de l'espérance de vie, du style de vie sédentaire et des régimes alimentaires changeants. Bien que de nombreuses complications sérieuses, par exemple l'insuffisance rénale ou la cécité, puissent toucher les personnes atteintes de diabéte, ce sont les complications affectant les pieds qui présentent le bilan le plus lourd. Parmi toutes les amputations des membres inférieurs, entre 40 et 70% sont liées au diabète. Dans la plupart des études, l'incidence de l'amputation d'une jambe est estimée à 5-25/100 000 habitants/an : parmi les personnes atteintes de diabéte, ce chiffre est de 6-8/1000.

Les amputations des membres inférieurs sont généralement précédées d'un ulcère du pied chez les personnes atteintes de diabète. Les facteurs les plus importants liés au développement de ces ulcères sont une neuropathie périphérique, des difformités du pied, un traumatisme mineur du pied et un acrosyndrome. Le spectre des lésions du pied varie dans diverses régions du monde en raison de différences de conditions socioéconomiques, de normes en matière de soins des pieds et de qualité des chaussures.

Le pied diabétique est un problème économique important, tout particulièrement si l'amputation entraîne une hospitalisation prolongée, une rééducation et une besoin accru pour des soins à domicile et des services sociaux. Environ 3-4% de toutes les personnes souffrant de diabète ont un problème de pied et utilisent entre 15 et 25% des ressources sanitaires disponibles pour cette condition. Le coût moyen pour la cicatrisation dirigée aux Etats-Unis a été estimé entre 7000 et 10 000 dollars, alors que le coût direct d'une amputation liée au pied diabétique est estimé entre 30 000 et 60 000 dollars. Le coût estimé pour les trois années de soins ultérieurs va de 43 000 à 63 000 dollars - principalement en raison du besoin accru pour des soins à domicile et des services sociaux. Le coût correspondant pour les individus bénéficiant de soins de santé primaire a été estimé entre un peu plus de 16 000 et un peu moins de 27 000 dollars. Il faut en outre prendre en compte des coûts indirects dus à la perte de productivité. Si ces estimations sont élargies afin d'y inclure les coûts pour l'individu et la perte de qualité de vie, le coût estimé du pied diabétique aux Etats-Unis est alors de quelques 4 milliards de dollars par an.

Les complications liées au pied font partie des plus graves et des plus coûteuses en matière de diabète. Toutefois, grâce à une stratégie de soins qui réunit : la prévention ; le traitement multidisciplinaire des ulcères du pied ; une organisation adéquate ; une surveillance étroite, et l'éducation des personnes atteintes de diabéte et des professionnels de santé, il est possible de réduire les taux d'amputation de 49 % à 85 %. C'est cet objectif qui doit motiver le travail de soutien des personnes qui se battent pour changer la vie de celles qui vivent avec le diabète dans le monde entier.

Les documents de campagne suivants peuvent être téléchargés :