La prévention du diabète

Il est actuellement impossible de prévenir le diabète de type 1. Les facteurs environnementaux qui déclencheraient le processus responsable de la destruction des cellules productrices d'insuline du corps humain sont toujours à l'étude. Par contre, le diabète de type 2 peut souvent être évité grâce au maintien d'un poids sain et d'une activité physique; cela a été confirmé par des études menées en Chine, en Finlande et aux Etats-Unis.

Ces 30 dernières années ont vu une augmentation très prononcée des cas de diabète de type 2. En 1985, on estimait que 30 millions de personnes étaient atteintes de diabète. 10 ans plus tard, ce chiffre atteignait 150 millions. À ce jour, plus de 250 millions de personnes sont atteintes de diabète et, si aucune mesure n'est prise, la FID estime que ce chiffre devrait atteindre 380 millions d'ici 2025. Il est de plus en plus manifeste que cette explosion du diabète submergera les systèmes de soins de santé partout dans le monde et contrebalancera les avantages du développement économique. Il est donc important que la communauté du diabète communique le message clair que des investissements dans des programmes d'éducation et de prévention permettront d’économiser de l’argent sur le long terme, en plus d'améliorer sensiblement la qualité de vie des personnes atteintes de diabète et à haut risque.

L'approche de la campagne de la Journée Mondiale du Diabète vis-à-vis de la prévention primaire s'appuie sur le Consensus pour la prévention du diabète de type 2 de la FID, qui propose un plan en trois étapes simples en vue de prévenir le développement du diabète de type 2 chez les personnes à haut risque.

La FID préconise notamment l’identification de toutes les personnes à haut risque de développer un diabète de type 2 par le biais de dépistages opportunistes et autonomes. Les personnes à haut risque peuvent être facilement identifiées au moyen d'un questionnaire simple d'évaluation des facteurs de risque, tels que l'âge, le tour de taille et les antécédents familiaux, cardiovasculaires et gestationnels.

Une fois ces personnes identifiées, leur glycémie serait ensuite mesurée par un professionnel de la santé afin de détecter tout trouble de la glycémie à jeun ou toute tolérance abaissée au glucose, deux facteurs responsables de l'augmentation du risque de diabète de type 2. Les efforts de prévention doivent cibler les personnes à risque afin de retarder ou prévenir le diabète de type 2.

De nombreuses preuves indiquent qu'un poids sain et une activité physique modérée peuvent contribuer à prévenir le développement du diabète de type 2. Les éducateurs en diabète ont un rôle important à jouer au niveau de la prévention primaire en aidant les personnes à comprendre les risques et à fixer des objectifs réalistes pour l'amélioration de leur état de santé. La FID recommande au moins 30 minutes d'activité physique par jour (marche soutenue, natation, vélo ou danse). Il a ainsi été démontré que marcher régulièrement au moins 30 minutes par jour réduit le risque de diabète de type 2 de 35 à 40 %.

La Journée Mondiale du Diabète mettra l'accent sur une plus grande sensibilisation aux facteurs de risque du diabète et encouragera le partage des meilleures pratiques en termes de prévention du diabète. La campagne demandera aux différentes parties prenantes d'inviter les États membres des Nations unies à respecter leurs engagements vis-à-vis de la résolution de l'ONU sur le diabète et de développer des politiques nationales de prévention, de traitement et de soins du diabète en ligne avec le développement durable de leurs systèmes de soins de santé.