La FID appelle à la reconnaissance de la couverture sanitaire universelle en tant que droit humain

Le diabète étant une maladie chronique, les services liés à ses soins sont nécessaires tout au long de la vie de la personne qui en est atteinte. Dans les pays à faibles et moyens revenus (où vivent 80 % des personnes atteintes du diabète, en 2013), le paiement de ces soins de santé a des conséquences financières graves pour les personnes vivant dans la pauvreté ou la précarité. La FID appelle à la reconnaissance de la couverture sanitaire universelle en tant que droit humain primordial, pour que plus aucune famille ne soit plongée dans la pauvreté à la suite du paiement de services de santé et que la maladie ne limite plus les possibilités d’éducation et de travail.

Même si la couverture est atteinte, l’accès universel aux services peut être entravé par des barrières sociales, économiques ou structurelles. L’accès reste un défi majeur du traitement du diabète. C’est pourquoi la FID plaide pour l’égalité, y compris dans l’accès aux services.

Lisez la réponse de la FID au document de réflexion conjoint de l’OMS et de la Banque mondiale, « Monitoring Progress towards Universal Health Coverage at Country and Global Levels: A Framework », février 2014.