L’épidémie de diabète s’amplifie

Communiqué de Presse4 décembre 2006Cape Town, Afrique du Sud
La Fédération internationale du diabète (FID) a rendu public de nouvelles données révélant la gravité de l’épidémie de diabète. Les données stupéfiantes publiées aujourd’hui dans l’Atlas mondial du diabète (Diabetes Atlas) indiquent que la maladie touche désormais 246 millions de personnes dans le monde, et que 46 % des personnes atteintes ont entre 40 et 59 ans. Les statistiques précédentes sous-estimaient l’envergure du problème, et même les prévisions les plus pessimistes étaient loin des chiffres réels. Les nouvelles données prévoient que le nombre total de personnes vivant avec le diabète montera en flèche pour atteindre 380 millions de personnes d’ici vingt ans si rien n’est fait.
À la conférence de presse donnée à Cape Town aujourd’hui, Pierre Lefèbvre, président de la FID, a fait la déclaration qui suit aux journalistes : « Il y a à peine vingt ans, les meilleurs renseignements disponibles à l’époque avançaient que 30 millions de personnes avaient le diabète. Une perspective plus sombre se profile à l'horizon. Le diabète est en train de devenir l’épidémie du XXIe siècle.»
Le diabète, et notamment le diabète de type 2, touche maintenant 5,9 % de la population adulte mondiale. De ce nombre, presque 80 % habite des pays en voie de développement. Les régions affligées des taux les plus élevés sont la Méditerranée orientale et le Moyen-Orient où 9,2 % de la population adulte est touchée, ainsi que l’Amérique du Nord (8,4 %). Cependant, les nombres les plus élevés se trouvent dans le Pacifique occidental où quelque 67 millions de personnes ont le diabète. L'Europe suit de près avec 53 millions de personnes concernées.
L’Inde trône au sommet des pays comptant le plus grand nombre de personnes souffrant du diabète avec 40,9 millions de personnes, suivi par la Chine avec 39,8 millions de personnes touchées. Puis viennent les Etats-Unis, la Russie, l’Allemagne, le Japon, le Pakistan, le Brésil, le Mexique et l’Egypte. Les pays en voie de développement représentent sept des pays les plus affligés.
Selon Martin Silink, président élu de la FID : « La bombe à retardement du diabète égrène son tic-tac depuis 50 ans et est de plus en plus bruyante. Malgré les avertissements, des générations successives de chefs d'État dans le monde entier ont complètement ignoré cette menace. Le diabète explose désormais avec une force qui est grandement ressentie au Moyen-Orient, en Inde, en Chine et aux Etats-Unis.»
Des modes de vie en transition
Une action conjuguée de facteurs génétiques, sociaux et environnementaux est l’élément moteur de l’explosion mondiale du diabète de type 2. Dans les pays à revenu faible et moyen, le développement économique peut conduire à des changements du milieu de vie qui entraînent à leur tour des changements de régimes et d’activités physiques en une ou deux générations. En conséquence, des personnes peuvent contracter le diabète en dépit d’une prise de poids relativement faible. Dans les pays développés, le diabète sévit surtout au sein des communautés les plus pauvres. De toute façon, le diabète de type 2 prospère partout où la pauvreté et le manque d’hygiène poussent les familles à consommer des aliments et des boissons économiques et riches en calories.
Le diabète est mortel. Il est responsable de 3,8 millions de décès par année, ce qui est d’une ampleur similaire aux décès causés par le VIH/SIDA. Le diabète, qui était auparavant considéré comme une maladie propre aux personnes âgées, s’est décalé d’une génération et touche maintenant les personnes d’âge actif, surtout dans les pays en voie de développement. Ceci a des répercussions économiques. Jean-Claude Mbanya, vice-président de la FID, ajoute : «Cette épidémie est responsable de tant de souffrance et de décès, et pourtant rien n’est fait pour tenter d’en venir à bout. Des économies en pleine croissance comme celles de l’Inde et de la Chine mènent actuellement le bal, mais de nombreux autres pays suivront. L’absence de mesures pour faire face à cette épidémie mettra une pression considérable sur le développement économique de bon nombre de pays et mettra en péril les objectifs de développement du millénaire.»
Une résolution des Nations Unies
La Fédération internationale du diabète dirige une coalition d’organisations de sensibilisation au diabète et d'autres intervenants réclamant une résolution des Nations Unies sur le diabète afin de garantir qu’une attention adaptée soit accordée à cette maladie. Pour une île du Pacifique comme la république de Nauru, une résolution de l'ONU est plus qu'attendue. Nauru trône au sommet de la liste de pays ayant la plus grande fréquence de diabète. Près d’un tiers de toute la population vit avec le diabète ainsi qu’avec ses conséquences.
La Fédération internationale du diabète (FID) est une organisation regroupant plus de 190 associations membres dans plus de 150 pays. Elle a pour mission la promotion des traitements diabétiques, la prévention et la guérison à l'échelle planétaire. La FID mène une campagne destinée à soutenir une résolution de l’ONU sur le diabète. Visitez www.unitefordiabetes.org.
L’Atlas mondial du diabète (Diabetes Atlas) fournit des estimations actualisées sur la prévalence du diabète, l’intolérance au glucose et les dépenses de santé dans plus de 200 pays pour les années 2007 et 2025. Visitez www.eatlas.idf.org/media pour des documents de référence et des tableaux pertinents.
Pour obtenir plus de renseignements, veuillez contacter Delice Gan, directrice des projets spéciaux, delice@idf.org, +46-73-8002799 ou +27-828-583496.