Coup de projecteur sur le Danemark

Ce trimestre, nous avons choisi de donner un coup de projecteur sur le Danemark, qui assure actuellement la Présidence tournante de l’UE, et sur l’Association danoise contre le diabète. Nous avons demandé à Henrik Nedergaard, directeur général de l’Association, quel a été l’impact de la Réunion de haut niveau de l’ONU et des activités de son Association sur la sensibilisation au diabète à l’échelon national.

Comment l’impact de la réunion de haut niveau des Nations unies a-t-il été ressenti au Danemark ?
À la suite de la Réunion de haut niveau des Nations unies, l’Association danoise contre le diabète (DDA) et l’OCDE préparent actuellement le European Diabetes Leadership Forum (EDLF) qui se tiendra les 25 et 26 avril. Placé sous les auspices de la Présidence danoise du Conseil européen des ministres, le forum sera marqué par les discours d’intervenants clés tels que le Premier ministre danois et le Secrétaire général de l’OCDE, mais aussi Kofi Annan.

L’objectif de cet événement est de former une étape essentielle sur la voie d’un traitement de la maladie chronique et des soins du diabète qui soient efficaces et ancrés dans le long terme. Le Ministre danois de la santé et la Présidence danoise ont parfaitement connaissance de la Déclaration politique sur la prévention et le contrôle des maladies non transmissibles et considèrent le document comme un pilier des préparatifs du forum.

En collaboration avec la députée européenne Christel Schaldemose, la DDA a également organisé et présidé un événement au Parlement européen au cours duquel la London School of Economics a dévoilé sa recommandation sur la réduction du fardeau du diabète en Europe. Cette étude devrait résolument accorder la priorité aux MNT et aux activités consécutives à la réunion en Europe. Pour de plus amples informations sur cet événement, cliquez ici [lien]

L’impact de la Réunion des Nations unies s’est également fait sentir dans la manière dont le gouvernement danois a remodelé et organisé ses activités, en créant notamment un groupe de travail interministériel sur les MNT.

L’impact de la Réunion des Nations unies s’est également fait sentir dans la manière dont le gouvernement danois a remodelé et organisé ses activités, en créant notamment un groupe de travail interministériel sur les MNT.

Quels sont vos principaux objectifs pour 2012 ? Jusqu’à présent, quel a été l’impact de la priorité accordée par la Présidence danoise à l’innovation en matière de santé et aux maladies chroniques sur vos activités ?
Nous avons fixé différents objectifs pour l’année 2012, mais pour ce qui est des MNT, nous espérons que l’EDLF se clôturera par l’adoption d’un document final qui servira de référence pour l’ensemble des parties prenantes afin de favoriser une transformation à long terme de la gestion des maladies chroniques et du diabète.

Le fait que la Présidence danoise ait choisi de placer l’accent sur l’innovation dans la santé et les maladies chroniques nous permettra également de participer à la ‘semaine e-santé’ organisée en mai prochain et qui sera axée sur l’innovation dans le secteur des soins de santé.

En ce qui concerne les MNT, et dans le cadre de notre collaboration avec l’Ouganda et la Tanzanie, nous espérons soutenir la création d’une Alliance contre les MNT en Tanzanie, mais aussi renforcer le projet existant en Ouganda en termes d’activités de lobbying, de sensibilisation et de recrutement.

En quoi le fait d’être membre de la FID facilite-t-il vos activités et vos objectifs ?
Les différents outils et instruments fournis par la FID sont très utiles pour nouer des contacts, sensibiliser le public et faire pression sur le gouvernement. La FID est également une importante source d’inspiration et de débat sur les solutions de qualité pour les soins du diabète et l’engagement dans la lutte contre les MNT.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur l’une de vos campagnes couronnées de succès en 2011 ?

Nous avons mené une campagne de sensibilisation au diabète de type 2 pendant l’été 2011. Nous avons cherché à faire comprendre en quoi le diabète de type 2 était important et ce que les gens pouvaient faire en matière de prévention, même si le diabète est déjà apparu dans la famille.

Notre objectif était :

- de sensibiliser la population au fait que l’on peut avoir des prédispositions génétiques favorisant le développement du diabète de type 2;
- d’expliquer que ‘sukkersyge’ (maladie du sucre) et ‘diabète’ ne sont qu’une seule et même chose;
- d’encourager les gens à modifier leurs habitudes par le biais d’une nourriture saine et de l’exercice physique.

Les groupes cibles de la campagne comprenaient notamment les personnes peu ou pas instruites, les personnes mal informées concernant le contenu concret d’une alimentation saine ou malsaine et les personnes présentant une prédisposition génétique au diabète de type 2.

Grâce à une campagne médiatique ciblée englobant notamment des spots télévisés, des messages  SMS/texto et des quizz, des sites de médias sociaux et des campagnes dans des magasins d’alimentation, nous avons obtenu les résultats suivants :
- 10.300 visiteurs uniques sur le site internet de la campagne (notre objectif était fixé à 5.000 visiteurs);
- une hausse de 47 % des visiteurs uniques sur le site Diabetes.dk entre août 2010 et août 2011;
- près de 10.000 participants au concours de SMS/texto (notre objectif était fixé à 5.000 participants);
- 90 % d’association de la DDA à la campagne parmi un échantillon de 700 Danois.