Nous avons accompli des progrès considérables, mais ce n’est pas encore fini !

Ce trimestre marquait le premier anniversaire du Sommet de haut niveau de l’ONU sur les maladies non transmissibles (MNT). J’ai réfléchi à cet anniversaire et je me suis demandé quels progrès avaient été accomplis un an plus tard et où nous en étions dans la mission de la FID consistant à promouvoir la qualité des soins, la prévention et la guérison du diabète à travers le monde.

En septembre 2011, nous avons réalisé une avancée mondiale dans le domaine du diabète. Les Nations Unies, autorité mondiale de premier plan, nous ont permis de marquer un véritable tournant.

Le diabète et les MNT ont enfin été intégrés dans les principaux programmes de financement et internes des Nations Unies. Les MNT sont désormais déterminantes dans les discussions autour du cadre de développement pour l’après 2015. L’épidémie mondiale de diabète exige des solutions à l’échelle mondiale et j’applaudis la vision et la coopération observées ces dernières années au sein de la communauté internationale, y compris au sein des associations membres de la FID.

Le 14 novembre, nous allons donner un nouveau souffle à notre propre mouvement populaire dans le cadre de notre campagne axée sur la Journée mondiale du diabète.

L’un des éléments essentiels de cette année ayant fait suite au Sommet concernait l’objectif décisif des « 25 d'ici 25 ». En s’engageant à réduire de 25 % la mortalité prématurée due aux MNT d’ici 2025, les gouvernements ont élevé leur voix en faveur d’une réduction mondiale des maladies, des handicaps et des décès évitables. Nous nous sommes enfin fixé un objectif mondial commun et avons désormais une responsabilité vis-à-vis des millions de personnes qui meurent prématurément des conséquences du diabète et d’autres MNT.

Mais après la ferveur du Sommet de l’ONU, des priorités des plus pressantes subsistent.

Une action urgente s’impose toujours pour les millions de personnes atteintes de diabète qui n’ont pas accès aux médicaments et technologies essentiels, et nous avons besoin des ressources nécessaires pour y remédier. Parallèlement, nous devons également raviver le sentiment d’indignation et le mouvement populaire nécessaires pour lutter contre la crise mondiale qu’est devenu le diabète.

Le 14 novembre, nous allons donner un nouveau souffle à notre propre mouvement populaire dans le cadre de notre campagne axée sur la Journée mondiale du diabète. Cette année, nous allons nous intéresser aux moyens de nous protéger de l’épidémie à l’avenir. Nous voulons envoyer un message fort au monde, à savoir que l’épidémie de diabète va atteindre des proportions vertigineuses et détruire la génération future et ses moyens de subsistance si nous n’intervenons pas. Nous mettrons l’accent sur l’Inde, un exemple de pays présentant un nombre dangereusement élevé de personnes atteintes de diabète. Notre Atlas de la FID estime à quelque 61 millions le nombre de personnes souffrant de diabète dans ce pays, un chiffre pour le moins alarmant !

Parmi les moments forts de ce trimestre, citons la publication de la nouvelle Directive globale pour le diabète de type 2 de la FID, seule directive mondiale du genre. Enfin, plus tard en novembre, nous lancerons les nouvelles estimations de la prévalence, de la mortalité et des dépenses liées au diabète issues de l’Atlas du diabète de la FID.

À mesure que nous approchons de la fin 2012, nous nous rapprochons également de l’année de notre Congrès. L’Australie et le monde tout entier sont à pied d’œuvre pour préparer l’édition 2013 du Congrès mondial sur le diabète, qui aura lieu à Melbourne, tandis que l’effervescence grandit de jour en jour à l’approche de cet événement. Nous consacrerons une nouvelle catégorie de notre programme aux autochtones, compte tenu des taux élevés de prévalence du diabète auxquels sont confrontées certaines de nos populations les plus vulnérables. Cliquez ici pour écouter le président de notre programme s’exprimer au sujet du Congrès mondial 2013 sur le diabète en cliquant ici.

S’agissant du dernier trimestre 2012, la FID va participer à une série de consultations organisées par l’OMS. L’objectif en matière de mortalité ayant été adopté, il nous en reste encore 10 à atteindre. La FID et nos partenaires de l’Alliance contre les MNT vont se battre pour la définition d’un ensemble complet d’objectifs mondiaux qui concilient prévention et traitement, comprenant un objectif lié aux médicaments et aux technologies essentiels en guise de priorité majeure. Nous allons plaider pour une « Plateforme de coordination mondiale » en matière de MNT afin de promouvoir l’action multisectorielle en matière de diabète et de MNT, mais aussi veiller à ce que la société civile ait son mot à dire. Enfin, la FID va tout faire pour que le prochain Plan mondial de lutte contre les MNT pour la période 2013-2020 prenne en considération les engagements pris dans la déclaration politique des Nations Unies.

J’aurai donc beaucoup de mises à jour à vous communiquer en décembre !