Inhibiteurs de SGLT2 – un ajout utile au traitement ?