Soins de santé

French

La mondialisation et le fardeau conjugué des maladies en Afrique sub-saharienne

En Afrique sub-saharienne, les maladies infectieuses continuent d'être la principale cause de mortalité (69 %), les maladies non transmissibles telles que les maladies cardiovasculaires, le diabète, les maladies respiratoires chroniques et les cancers représentant quant à elles autour de 25 %. Ce tableau évolue toutefois, l'Afrique sub-saharienne connaissant une transition épidémiologique caractérisée notamment par une augmentation rapide du fardeau des maladies non transmissibles.

Où nous conduira la quête d'une guérison : objectifs de la recherche sur le diabète de type 1

C'est en 1970 que des parents d'enfants atteints de diabète de type 1 en Amérique ont créé ce qui allait devenir la Juvenile Diabetes Research Foundation (JDRF). Depuis lors, JDRF est demeurée fidèle à sa mission : trouver un remède au diabète de type 1 et à ses complications grâce à la recherche. JDRF s'est développée pour devenir le premier organisme caritatif de financement et de soutien de la recherche sur le diabète de type 1 au monde.

D-START : soutien à des projets de recherche translationnelle innovants dans les pays en développement

Le programme BRIDGES de la Fédération Internationale du Diabète (FID) s'est imposé comme l'un des principaux programmes de financement du diabète à travers le monde au cours de ses trois années d'existence et au terme des deux premiers cycles de financement. Avec la récente annonce du troisième cycle de financement, BRIDGES conforte sa position dans le secteur innovant et en rapide évolution de la recherche translationnelle.

Promotion de l'éducation aux soins des pieds dans les pays en développement : le programme des Caraïbes

Il y aura 285 millions de personnes à travers le monde atteintes de diabète en 2010, un chiffre qui devrait atteindre la barre des 438 millions d'ici 2030. Mais cette hausse rapide de la prévalence du diabète s'accompagne également d'une augmentation similaire des complications de la condition. À cet égard, l'amputation est l'une des complications les plus craintes. Les personnes atteintes de diabète présentent en effet un risque de lésions nerveuses et de problèmes d'irrigation sanguine des pieds.


Accès à l'insuline et obstacles aux soins : résultats du protocole RAPIA au Vietnam

L'accès aux soins du diabète est problématique dans de nombreux pays en raison de divers facteurs, tels que le coût des médicaments et les distances géographiques qui séparent les personnes atteintes de diabète des prestataires de soins qualifiés. Or, sans un accès adéquat à des médicaments et à des soins, les personnes atteintes du diabète risquent de présenter des complications et de mourir de façon précoce. Les auteurs dressent un état des lieux des soins et fournitures proposés aux personnes atteintes de diabète au Vietnam.


Un effort multidisciplinaire pour améliorer la qualité des soins des maladies chroniques

Bien que les maladies chroniques soient la principale cause de mortalité et d'invalidité, elles sont loin d'occuper une place prépondérante sur l'agenda mondial de la santé.


Les obstacles à la gestion autonome chez les personnes atteintes d'une maladie chronique

Les prestataires de soins du diabète connaissent bien le modèle de gestion autonome. Le diabète est en effet le domaine où le modèle de gestion autonome a été développé et appliqué le plus en profondeur. La combinaison des soins cliniques dispensés par des professionnels et des soins autonomes effectués par la personne apparaît comme la solution idéale. C’est un formidable objectif, de plus en plus commun, que beaucoup peuvent atteindre. Toutefois, divers obstacles systématiques à la gestion autonome subsistent.


Les défis de la gestion autonome du diabète dans les pays en développement

Les pays en développement sont confrontés à des ressources financières et humaines limitées malgré les besoins importants et les défis de santé multiples. Plus de 75 % des personnes atteintes de diabète dans le monde vivent dans des pays en développement. La progression du nombre de cas de diabète dans ces pays devrait être de l’ordre de 170 % entre 2000 et 2025.


Gestion autonome de la glycémie chez les personnes atteintes de diabète de type 2

Bien que la surveillance directe du taux de glycémie en vue d’éventuels ajustements des doses d’insuline fasse désormais partie intégrante du programme de gestion autonome des personnes atteintes de diabète de type 1, l’importance de la surveillance de la glycémie n’est pas aussi claire dans le cas du diabète de type 2.


Directive de la FID sur l'auto-surveillance de la glycémie

En octobre 2008, le groupe de travail de la FID sur les directives cliniques, en association avec le groupe de travail international  sur l’auto-surveillance de la glycémie, a organisé un atelier à Amsterdam afin de se pencher sur l’utilisation de l’auto-surveillance de la glycémie par les personnes atteintes de diabète de type 2 non traitées à l’insuline. Les directives récemment publiées ont été développées sur la base des conclusions de cet atelier. Un résumé des conclusions et des recommandations est présenté dans cet article.


Pages