Autonomisation

French

Améliorer la gestion autonome chez les jeunes atteints de diabète

La nature et l’ampleur des responsabilités confiées aux jeunes varient selon les cultures et les familles. Mais quelles que soient leurs origines, les familles sont confrontées à des défis similaires au niveau du soutien de la gestion autonome des jeunes atteints de diabète. L’apprentissage des soins autonomes quotidiens du diabète nécessite l’aide et le soutien de personnes compétentes tout au long de la vie : les parents, les frères et sœurs, les amis, la famille au sens large, les conjoints/partenaires et, finalement, les enfants.


Prise en charge du diabète et gestion autonome : le point de vue d'un adolescent

Adam Elliot avait 12 ans lorsque son diabète de type 1 a été diagnostiqué, il y a trois ans de cela. Il poursuit actuellement ses études à Kanata dans l’Ontario au Canada. Dans cet article, il nous relate son expérience du diabète de type 1, il explique de quelle manière la gestion autonome a rendu sa vie avec cette condition supportable et en a fait une véritable aventure qui lui enseigne de nombreuses leçons de vie utiles.


Une approche thérapeutique comportementale à la gestion autonome : le programme Flinders

Les maladies chroniques, dont le diabète, représentent aujourd’hui le problème de santé le plus prévalent. Elles sont en effet la principale cause d’handicaps et constituent l’essentiel des dépenses de santé au niveau mondial. La plupart des soins du diabète sont dispensés par les personnes atteintes de la condition, leur famille ou leur entourage. Il est donc important d’être conscient de l’intérêt d’améliorer la gestion autonome du diabète pour faire face à ce fardeau grandissant.


S'engager dans une vision commune pour la gestion autonome : l'approche WISE

Ces dernières années, de nombreuses initiatives d’origines diverses ont entrepris de renforcer la capacité des gens à gérer une condition chronique – que ce soit par le biais de programmes politiques orientés vers la base ou de projets de petite envergure à caractère privé. Ces recherches se sont généralement focalisées sur les tâches associées aux soins du diabète.


L'art au-délà de la thérapie : lorsque patients et prestataires de soins partagent la scène

L’acte de soigner nécessite une connaissance approfondie de la biomédecine, une médecine fondée sur des preuves objectives. Soigner implique aussi de respecter une autre dimension fondamentale, celle de la relation soignant-soigné. Balint a étudié l’écart entre l’identité professionnelle des médecins et la réalité des patients : un océan de non-dits sépare leurs mondes respectifs. Une autre dimension est celle de l’éducation thérapeutique qui a comme objectif d’aider les personnes à devenir plus autonomes.


L'art comme processus de développement pour les personnes atteintes d'une condition chronique

Diverses méthodes permettent d’améliorer la capacité d’une personne à assumer le fardeau psychologique associé à une condition chronique. Un programme basé sur l’expression des sentiments intérieurs par la peinture a récemment mis au point une technique capable de révéler le potentiel d’une personne en termes de développement et de sentiment d’efficacité personnelle. Cet article décrit la structure et le déroulement d’un atelier de peinture destiné à des personnes atteintes d’une condition chronique.


L'Initiative pour le diabète chez les autochtones pour lutter contre le diabète de type 2 au Canada

En 2005, le gouvernement canadien a décidé d'allouer 190 millions de CAD supplémentaires sur cinq ans afin de soutenir et de développer l'Initiative pour le diabète chez les autochtones. L'objectif principal de cette initiative est de réduire le diabète de type 2 et ses complications par le biais d'une série de services de prévention et de promotion de la santé adaptés au contexte culturel, fournis par des prestataires de soins formés et des professionnels du diabète.


Agents for change : les champions de la lutte contre le diabète en Afrique du Sud

La  menace potentielle que représente le diabète de type 2 en Afrique du Sud demeure dangereusement sous-estimée et sa prévalence actuelle est en grande partie non reconnue. Pourtant, le problème s'étend à une vitesse alarmante. Une série de facteurs propres à la région font obstacle à une réponse efficace de la part des personnes atteintes de la condition, des prestataires de soins et de la société en général. Dans cet article, Noy Pullen épingle plusieurs problèmes socio-économiques, environnementaux et éducatifs majeurs affectant l'Afrique du Sud rurale.


L'homme en sucre - un modèle interactif simple pour l'éducation au diabète

Infirmier agréé et éducateur en diabète, Michael Porter a présenté son projet Sugarman (L’homme en sucre) pour la première fois dans un hôpital d’Australie du Sud. Depuis lors, celui-ci a été utilisé lors de divers événements à travers le pays. Le but de Michael Porter est de s’attaquer au problème grave et croissant du diabète au sein de la population indigène en mettant au point une méthode interactive et amusante d’éducation pour les enfants et les adultes. Le Sugarman se présente sous la forme d’une silhouette humaine dessinée sur une grande toile.


L'importance d'une réponse proactive au diagnostic de diabète de type 2

Les personnes atteintes de diabète sont confrontées à de nombreux défis. Cette condition affecte en effet tous les domaines de la vie, y inclus divers facteurs psychologiques et émotionnels. Un des auteurs de cet article, Robin Wynyard, a récemment découvert qu’il était atteint de diabète de type 2. Le choc suscité par ce diagnostic a fait naître en lui, ainsi que chez sa partenaire, Sue Shea, des sentiments négatifs, tels la crainte, l’anxiété et l’incertitude – une réaction émotionnelle courante rarement mentionnée dans la littérature.


Pages