Coûts de la santé

French

Le poids indicible de l'épidémie de maladies non transmissibles

Dans son récent rapport Global Risks 2010, le Forum économique mondial identifie les maladies non transmissibles (MNT) comme l'une des principales menaces pour l'agenda mondial et un risque grave de pertes économiques à l'échelle mondiale. Les MNT, dont le diabète, les maladies cardiovasculaires et respiratoires et le cancer, grèvent déjà très lourdement le budget des gouvernements et du secteur privé, en détournant des sommes d'argent essentielles des services publics de base et en réduisant les bénéfices.

L'élaboration d'un cadre global pour combattre les maladies non transmissibles

Cardiopathie, accident cérébrovasculaire, diabète, cancer font désormais partie des conditions figurant parmi les principales causes de décès et d’invalidité à l’échelle mondiale. Leurs causes incluent tant des facteurs de risques modifiables liés au mode de vie, comme le tabagisme, une mauvaise alimentation, le manque d’exercice physique, que des facteurs de risque non modifiables, notamment l’âge et la génétique.

L'économie des maladies chroniques : arguments en faveur d'une intervention publique

Depuis quelque temps, on parle beaucoup du coût élevé des maladies chroniques comme le diabète : les maladies chroniques vont ‘faire sauter la banque’, imposer des coûts énormes à des systèmes de santé déjà sous pression et, très probablement, freiner la croissance dans les pays en développement. Cependant, ces débats économiques éclipsent souvent la souffrance des personnes atteintes de maladies chroniques.

Maladies chroniques : un problème croissant dans les pays en développement

La prévalence des maladies chroniques ne cesse d’augmenter à l’échelle mondiale et menace gravement la capacité des pays en développement à améliorer la santé de leurs populations. En fait, les maladies chroniques sont devenues le principal problème de santé dans de nombreux pays en développement. On estime qu’en 2005, les maladies chroniques étaient responsables de 50 % des décès et des maladies dans 23 pays en développement sélectionnés.

Les soins du diabète au Nicaragua : les résultats du protocole RAPIA

Le Nicaragua, pays d’Amérique centrale, est le deuxième pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental. Près de la moitié de sa population de 5 millions d’habitants vit avec moins d’un dollar par jour. Le Nicaragua est de plus en plus touché par les maladies non transmissibles. En 2000, le ministère de la Santé a indiqué que les principales causes de décès étaient les crises cardiaques, les accidents cérébrovasculaires, les décès périnataux (du fœtus et du nouveau

Défendre les droits des personnes atteintes de diabète au Kirghizistan

Le Kirghizistan est un pays principalement montagneux sans accès à la mer, entouré du Kazakhstan, de la Chine, du Tadjikistan et de l’Ouzbékistan. On l’appelle parfois ‘la Suisse de l’Asie centrale’. Pourtant, l’incroyable beauté de ses montagnes aux sommets enneigés et de ses gorges cache un terrible potentiel

Le pied de Jaipur : une prothèse efficace et abordable pour les personnes atteintes de diabète

Pour les personnes atteintes de diabète, une gestion optimale de leur condition, des examens réguliers, l’utilisation de chaussures adéquates et la formation sont les meilleures stratégies pour prévenir les problèmes aux pieds, comme les ulcères. Si ces complications n’ont pu être évitées, elles doivent être traitées

Eli Lilly - notre vision : soutenir les personnes atteintes de diabète


Insuline : accès et disponibilité à l'échelle mondiale

Le premier usage pratique d’insuline par Banting et Best en 1921 fut l’amorce d’une révolution médicale. Du jour au lendemain, le diabète de type 1 passa du statut de maladie mortelle à celui de condition gérable. Partout dans le monde, des milliers de personnes ont été récompensées pour avoir survécu 50 ans grâce à l’insuline – certains ont même atteint l’âge de 80 ans. L’insuline figure sur la liste des médicaments essentiels de l’OMS.

Le contrôle du diabète dans les pays en développement

Les dernières statistiques indiquent qu’à l’avenir la majorité des personnes atteintes de diabète vivront dans des pays en développement. Par exemple, d’après les estimations, quelque 35 millions de personnes vivent avec le diabète en Inde et ce chiffre devrait dépasser 73 millions d’ici 2025. Malheureusement, cela signifie que la majorité des personnes atteintes de complications du diabète vivront dans des pays dont les systèmes de santé seront dans l’incapacité d’offrir des soins de qualité.

Pages