Aspects psychologiques

French

L'impact du diabète sur la vie de famille

Une mère doit être en bonne santé, ne pas souffrir de complications invalidantes, ne pas être instable en raison des fluctuations de la glycémie ni mettre ses enfants en danger du fait d'une crise grave d'hypoglycémie. Les enfants doivent bénéficier des soins de leur mère à plein temps. Une femme responsable qui a appris à maîtriser son diabète peut remplir cette tâche aussi bien, et parfois même mieux, qu'une femme qui n'est pas atteinte de cette condition.

Etre ou ne pas être d'humeur : la femme atteinte de diabète et la sexualité

Depuis que nous sommes conscientes d'être des femmes atteintes de diabète, nous savons que les problèmes associés au fonctionnement de notre sexualité proviennent tant de nos humeurs, de notre conscience de nous-mêmes, de l'image de notre corps, de notre état psychologique, que de notre aptitude à contrôler notre vie et notre diabète. La littérature a finalement décidé de se pencher sur ces problèmes particuliers.

Trouble de l'alimentation et autres vulnérabilités : s'agit-il seulement d'une phase ?

Le contrôle métabolique du diabète tend à fléchir durant l'adolescence et ce phénomène est plus prononcé chez les filles que chez les garçons. Il est plus difficile d'obtenir et de maintenir un très bon contrôle glycémique chez les adolescents que chez les adultes. Ceci laisse donc entendre que l'adolescence est une période de très grande vulnérabilité pour les jeunes filles atteintes de diabète de type 1. Durant cette période, le risque de développer des complications liées au diabète peut s'accentuer.

Les adolescentes ont la parole

Toutes les jeunes filles vous le diront, la vie d'une adolescente est jalonnée de défis qui lui sont propres. Si vous y ajoutez le diabète, vous obtiendrez un savoureux mélange d'émerveillement perplexe ponctué de moments de confusion ! Ces trois témoignages d'Afrique du Sud nous montrent que si le diabète au cours de l'adolescence peut être source d'angoisses, il vous rend en fin de compte plus fort.

Le diabète, la peur et le dégoût de soi : témoignage

Lorsqu'il a pris le chemin de sa clinique habituelle, Ray Msengana ne se sentait déjà pas très bien. Mais quand on lui a annoncé que le traitement de son diabète de type 2 devait passer des comprimés à l'insulinothérapie, son état d'esprit a rapidement empiré. A travers ce témoignage direct de la vie avec le diabète, Ray Msengana décrit l'impact affectif de la condition et appelle à des changements dans la gestion du diabète.

Appel à l'action à l'échelle mondiale

L'étendue du problème que représente le diabète pour la santé mondiale reste largement sous-estimée. La Fédération Internationale du Diabète (FID) estime que si les tendances actuelles se maintiennent, le nombre de personnes atteintes de

A propos des personnes

Editorial du rédacteur en chef

La personne au coeur des soins

Editorial du Président

Une voix

A l’âge de 16 ans, Lonnie apprit qu’elle était atteinte du diabète de type 1. En plus de sa condition, la sécurité sociale intervient pour de nombreux aspects de sa vie. Elle vit avec sa mère, son frère et sa soeur dans le quartier ouvrier d’une petite ville. Elle suit des cours dans une école spéciale. Les personnes qui s’occupent d’elle sont inquiètes et se demandent si elle parviendra un jour à prendre son diabète en main.

De nouveaux rôles

La responsabilisation est une philosophie qui reconnaît le droit fondamental des hommes et des femmes atteints de diabète à être les premiers à prendre des décisions dans la prise en charge de leur condition. Elle représente un modèle de soins et d’éducation plus compatible dans le but d’arriver à une autogestion correcte d’une maladie chronique telle que le diabète.

Pages