Chronic diseases

French

La FID et l'alliance internationale contre les MNT : unis pour la santé et le développement

Les maladies non transmissibles, dont le diabète, les maladies cardiaques et les cancers, sont chaque année responsables de 14 millions de décès prématurés dans les pays à faible et moyen revenu. D'après l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre de décès dus à ces maladies devrait continuer d'augmenter partout dans le monde au cours des 10 prochaines années, l'Afrique étant condamnée à connaître la hausse relative la plus élevée (27 %).

Présentation des partenaires de l'alliance internationale contre les MNT

La communauté internationale se réveille peu à peu pour prendre conscience du terrible impact du diabète et d'autres maladies non transmissibles (MNT) partout dans le monde. Les chiffres sont alarmants. En 2005, les maladies non transmissibles, parmi lesquelles les maladies cardiovasculaires, le diabète et les cancers, ont provoqué 60 % des décès dans le monde et représentaient quasiment la moitié du fardeau mondial des maladies. Aujourd'hui, les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité au monde avec 17 millions de décès chaque année.

Le poids indicible de l'épidémie de maladies non transmissibles

Dans son récent rapport Global Risks 2010, le Forum économique mondial identifie les maladies non transmissibles (MNT) comme l'une des principales menaces pour l'agenda mondial et un risque grave de pertes économiques à l'échelle mondiale. Les MNT, dont le diabète, les maladies cardiovasculaires et respiratoires et le cancer, grèvent déjà très lourdement le budget des gouvernements et du secteur privé, en détournant des sommes d'argent essentielles des services publics de base et en réduisant les bénéfices.

Votre FID – brève rétrospective et activités futures

La Fédération Internationale du Diabète (FID) est à la tête de la communauté mondiale du diabète depuis maintenant 60 ans. Fondée à Amsterdam, aux Pays-Bas, le 23 septembre 1950, la FID a passé quelques années à Londres, au Royaume-Uni, avant de s'installer définitivement à Bruxelles, en Belgique. Elle s'est transformée en une organisation chapeautant quelque 200 associations nationales du diabète représentant les intérêts d'un nombre toujours plus grand de personnes atteintes de diabète et à risque.

La mondialisation et le fardeau conjugué des maladies en Afrique sub-saharienne

En Afrique sub-saharienne, les maladies infectieuses continuent d'être la principale cause de mortalité (69 %), les maladies non transmissibles telles que les maladies cardiovasculaires, le diabète, les maladies respiratoires chroniques et les cancers représentant quant à elles autour de 25 %. Ce tableau évolue toutefois, l'Afrique sub-saharienne connaissant une transition épidémiologique caractérisée notamment par une augmentation rapide du fardeau des maladies non transmissibles.

Faire la différence dans le monde du diabète

Editorial du Présidentl

Un effort multidisciplinaire pour améliorer la qualité des soins des maladies chroniques

Bien que les maladies chroniques soient la principale cause de mortalité et d'invalidité, elles sont loin d'occuper une place prépondérante sur l'agenda mondial de la santé.


Le grand réveil

Editorial du Président


Les obstacles à la gestion autonome chez les personnes atteintes d'une maladie chronique

Les prestataires de soins du diabète connaissent bien le modèle de gestion autonome. Le diabète est en effet le domaine où le modèle de gestion autonome a été développé et appliqué le plus en profondeur. La combinaison des soins cliniques dispensés par des professionnels et des soins autonomes effectués par la personne apparaît comme la solution idéale. C’est un formidable objectif, de plus en plus commun, que beaucoup peuvent atteindre. Toutefois, divers obstacles systématiques à la gestion autonome subsistent.


Les défis de la gestion autonome du diabète dans les pays en développement

Les pays en développement sont confrontés à des ressources financières et humaines limitées malgré les besoins importants et les défis de santé multiples. Plus de 75 % des personnes atteintes de diabète dans le monde vivent dans des pays en développement. La progression du nombre de cas de diabète dans ces pays devrait être de l’ordre de 170 % entre 2000 et 2025.


Pages