Chronic diseases

French

Sus aux maladies chroniques

Editorial du Rédacteur-en-chef.

La charge des maladies chroniques à l'échelle mondiale : que faisons-nous ?

D’après les estimations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), en 2005, le VIH/SIDA, la tuberculose et la malaria ont provoqué quelque 4 millions de décès. La même année, les maladies chroniques non transmissibles tuaient près de 30 millions de personnes. Ces chiffres sont choquants mais ne traduisent pas les invalidités, la souffrance et les épreuves personnelles associées aux complications du diabète ou, dans un contexte économique plus large, les coûts énormes et la productivité perdue associés au diabète.

L'élaboration d'un cadre global pour combattre les maladies non transmissibles

Cardiopathie, accident cérébrovasculaire, diabète, cancer font désormais partie des conditions figurant parmi les principales causes de décès et d’invalidité à l’échelle mondiale. Leurs causes incluent tant des facteurs de risques modifiables liés au mode de vie, comme le tabagisme, une mauvaise alimentation, le manque d’exercice physique, que des facteurs de risque non modifiables, notamment l’âge et la génétique.

L'économie des maladies chroniques : arguments en faveur d'une intervention publique

Depuis quelque temps, on parle beaucoup du coût élevé des maladies chroniques comme le diabète : les maladies chroniques vont ‘faire sauter la banque’, imposer des coûts énormes à des systèmes de santé déjà sous pression et, très probablement, freiner la croissance dans les pays en développement. Cependant, ces débats économiques éclipsent souvent la souffrance des personnes atteintes de maladies chroniques.

Maladies chroniques : un problème croissant dans les pays en développement

La prévalence des maladies chroniques ne cesse d’augmenter à l’échelle mondiale et menace gravement la capacité des pays en développement à améliorer la santé de leurs populations. En fait, les maladies chroniques sont devenues le principal problème de santé dans de nombreux pays en développement. On estime qu’en 2005, les maladies chroniques étaient responsables de 50 % des décès et des maladies dans 23 pays en développement sélectionnés.

Syndrome métabolique, diabète et maladies cardiovasculaires : un lien avéré

Le syndrome métabolique est en train de devenir un problème de santé publique au niveau mondial. Les personnes touchées sont exposées à un risque plus élevé de souffrir d’une crise cardiaque ou d’un accident cérébrovasculaire – et d’en mourir – que les personnes non atteintes du syndrome. L’ensemble de facteurs qui le caractérise est étroitement lié à la progression du diabète de type 2, des maladies cardiovasculaires et d’autres maladies chroniques à l’échelle mondiale.

Le projet Carélie du Nord : 30 ans de prévention efficace des maladies chroniques

Après la deuxième Guerre Mondiale, les maladies chroniques, et les maladies cardiovasculaires en particulier, sont devenues un problème de santé publique majeur dans les pays industrialisés. Elles étaient alors considérées comme des maladies de la société d’abondance. La Finlande a été durement touchée : dans les années 60, elle affichait le taux de décès liés aux maladies coronariennes le plus élevé à l’échelle mondiale. Les décès étaient très nombreux chez les hommes d’âge moyen.

L'initiative CARMEN - la réponse de l'Amérique latine face au fardeau des maladies chroniques

Les maladies chroniques sont devenues la première cause de décès et d’invalidité précoces dans la plupart des pays du continent américain. Responsables de deux décès sur trois au sein de la population générale, les maladies chroniques ont provoqué près de la moitié des décès chez les moins de 70 ans en 2002. Les profondes inégalités socioéconomiques qui frappent l’Amérique latine ne font qu’alourdir la charge des maladies chroniques (y compris les décès précoces) chez les populations pauvres, condamnant nombre d’entre elles à la privation et à la maladie.

La plan d'action du Pakistan contres les maladies chroniques - un partenariat public-privé

Il y a une quinzaine d’années, les priorités en matière de santé publique dans les pays à faibles et moyens revenus se concentraient sur les maladies infectieuses et sur la santé des mères et de leurs enfants. Ensuite, les données publiées dans les principaux rapports et publications médicaux par divers organismes ont révélé que plus de la moitié de la charge des maladies dans les pays en développement était imputable aux maladies chroniques – notamment les maladies cardiaques, le diabète, les cancers et les affections pulmonaires chroniques.

Traiter les personnes atteintes de maladies chroniques : que doivent savoir les prestataires de soins?

La majorité des soins prodigués quotidiennement par les prestataires de soins du monde entier peuvent être qualifiés de ‘réactifs’ : les personnes qui pensent être malades consultent un prestataire de soins à la recherche d’un diagnostic et d’un traitement. Toutefois, de plus en plus de personnes atteintes d’une maladie chronique établie ont besoin d’un autre type de prise en charge, structurée et proactive. Régulièrement et selon un programme structuré préétabli, ces personnes doivent se soumettre à une révision de leur maladie chronique et de ses complications.

Pages