Activité physique

L’activité physique a de nombreux bienfaits, que l’on soit ou non atteint de diabète. Elle contribue notamment à:

  • Avoir une meilleure estime de soi
  • Maintenir la glycémie dans la plage de valeurs cible
  • Améliorer la sensibilité à l’insuline (l’insuline produite agit mieux)
  • Perdre du poids et maintenir un poids sain
  • Mieux faire face au stress
  • Améliorer la mobilité et la souplesse des articulations
  • Préserver la santé et la robustesse des os
  • Réduire les risques d’accident vasculaire cérébral et de crise cardiaque
  • Diminuer la tension artérielle
  • Améliorer la circulation sanguine
  • Réduire la dépression et l’anxiété

L’activité physique peut être subdivisée en deux groupes : aérobie et anaérobie.

L’activité physique aérobie sollicite de grands groupes de muscles nécessitant de l’oxygène pendant de longues phases. Les personnes en bonne condition physique peuvent faire un jogging ; les personnes dont la condition physique n’est pas optimale peuvent faire 100 pas.

L’activité physique anaérobie (résistance) sollicite de grands muscles qui ne nécessitent pas d’oxygène pendant de brefs moments.

La plupart des directives relatives aux personnes atteintes de diabète recommandent une activité physique (y compris un entraînement aérobie et/ou anaérobie) plusieurs fois par semaine.

Les personnes atteintes de diabète de type 2 doivent pratiquer un total de 30 à 45 minutes d’exercice physique par jour 3 à 5 fois par semaine ou 150 minutes d’exercice aérobie par semaine.

L’exercice aérobie, tel que la marche, le jogging, la natation, le saut à la corde et le vélo, doit être suffisamment intense pour augmenter la fréquence cardiaque et le débit respiratoire. La marche rapide est probablement la forme la plus courante d’exercice aérobie.

Les personnes atteintes de diabète doivent être encouragée à pratiquer un exercice anaérobie trois fois par semaine. L’entraînement anaérobie n’exige pas nécessairement un équipement coûteux. Les poids utilisés peuvent être des boîtes de conserve ou des paquets de céréales. Il est préférable d’utiliser des poids légers de manière répétée plutôt que des poids lourds.

Le type, la fréquence, la durée et l’intensité de l’exercice doivent être adaptés à la condition physique de la personne.

Les personnes qui n’ont pas pratiqué d’exercice physique depuis longtemps et qui ont l’intention de s’y remettre doivent consulter un professionnel de la santé afin d’identifier les risques liés à l’exercice et la manière de les prendre en charge.

Chez les personnes atteintes de diabète de type 1, l’activité physique non planifiée est associée à des risques, dont le principal est l’hypoglycémie. Par conséquent, l’activité physique doit être planifiée et la consommation de glucides et/ou la dose d’insuline doivent être adaptées.

Avant de commencer la pratique de l’exercice, les personnes atteintes de diabète de type 1 doivent:

  • Boire suffisamment d’eau.
  • S’assurer que leurs chaussures protègent correctement leurs pieds des blessures et les maintiennent au sec.
  • Porter un moyen d’identification de leur diabète, par exemple un bracelet ou un collier.
  • S’assurer que leurs partenaires d’entraînement savent comment reconnaître et traiter une hypoglycémie.
  • S’échauffer pendant 5 à 10 minutes.
  • Tester leur glycémie.
  • Si la glycémie est > 252mg/dl (14mmol/L), ne pas pratiquer d’exercice physique.
  • Chez les personnes atteintes de diabète de type 1 contrôler les cétones.
  • Si la glycémie est < 108mg/dl (6mmol/L), consommer 15 g de glucides.
  • Avoir une source de glucose à portée de main tout au long de l'activité physique.

Des précautions spéciales doivent être pris si le traitement d’une hypoglycémie éventuelle risque d’être difficile, par exemple lors de la pratique de la plongée sous-marine, du deltaplane ou de l’escalade.

Les personnes atteintes de diabète de type 1 doivent surveiller leur glycémie fréquemment après la pratique d’une activité physique en raison du risque d’hypoglycémie retardée. Il peut aussi être nécessaire de réduire l’insuline ou d’augmenter l’en-cas avant le coucher afin de prévenir une hypoglycémie durant la nuit.

Le risque d’hypoglycémie est réduit chez les personnes atteintes de diabète de type 2 et est peu probable chez les personnes qui gèrent leur maladie uniquement en adaptant leur mode de vie. Les personnes atteintes de diabète de type 2 qui prennent des médicaments antidiabétiques ou de l’insuline peuvent avoir besoin d’ajuster leur traitement avant la pratique d’une activité physique prolongée et excessive et doivent toujours avoir une source de glucose à portée de main.