L'Afrique soigne ses pieds

La FID estime qu'une personne perd un membre à cause du diabète toutes les 20 secondes. Aujourd'hui, la FID lance un nouveau projet réunissant plusieurs parties prenantes et qui vise à améliorer les soins podologiques des personnes atteintes de diabète en Afrique sub-saharienne. Le projet Diabetes Africa Foot Initiative (DAFI) a pour but de concevoir une stratégie de longue durée de dépistage podologique. Le Dr Evariste Bouenizabila et le Dr Silver Bahendeka nous expliquent le projet qu'ils co-président.

Accroissement des complications
L'Afrique connaît une hausse dramatique des cas de diabète. Le nombre de personnes non diagnostiquées a littéralement explosé et la FID estime que 80 % des personnes atteintes de diabète dans la région ne sont pas conscientes de leur maladie.

Le programme DAFI ambitionne de faire baisser le taux d'amputation des extrémités inférieures dans toute l'Afrique sub-saharienne.

Hélas, cette hausse des cas de diabète s'accompagne d'un accroissement des décès dus à des complications liées au diabète, comme le pied diabétique. Malgré les efforts menés à l'heure actuelle pour diminuer le nombre de personnes touchées, ils n’ont eu que peu d’impact dans le cadre de la réduction des complications au niveau des pieds.

Une vision pour des soins podologiques à long terme
Le programme DAFI ambitionne de faire baisser le taux d'amputation des extrémités inférieures dans toute l'Afrique sub-saharienne. A terme, nous souhaitons développer un modèle complet, abordable et durable de classement du risque podologique, combiné à une stratégie d'intervention rapide.

Le projet a été accueilli de manière positive jusqu’à présent, et nous espérons que cela continuera dans toute la région.

Tenir compte de la langue et de la culture
Le DAFI reconnaît la diversité culturelle et socio-économique de l'Afrique : c'est la raison pour laquelle il s'adapte aux autres projets de soins podologiques en cours dans la région, en vue d'éviter tout doublon.

Si la sélection des pays s'est opérée en fonction de la volonté de collaboration avec la FID et ses partenaires, elle a surtout concerné les centres les plus actifs dans le cadre de la gestion du traitement des cas de pied diabétique. Dix pays ont été retenus au total, répartis équitablement entre pays anglophones et francophones.

Entre autres critères, citons la coopération avec une association membre de la FID, l'existence d'une clinique spécialisée dans le traitement du diabète, le soutien du Ministère de la Santé et la capacité à faire participer la communauté locale à un programme de soins du diabète. D'autres pays viendront s'ajouter au projet une fois que les outils utilisés auront été peaufinés et que les objectifs de formation auront été atteints.

Le DAFI est une initiative de la FID qui réunit plusieurs parties prenantes : la section africaine de la FID, l'Université de Johannesbourg, l'Université Senghor, l'Université numérique francophone mondiale et Sanofi Diabetes.