Éducation au diabète : réussite au Sri Lanka

À la fin du mois de juin, la responsable de l’éducation du programme Life For a Child (LFAC), Angie Middlehurst, s’est rendue au Sri Lanka suite à l’invitation de l’Association sri lankaise du diabète(ASLD).

Le premier après-midi a été consacré à la rencontre de 100 parents et de 80 enfants (de 5 à 18 ans) ayant bénéficié du soutien du programme LFAC par le biais de l’ASLD. Angie a tenu plusieurs sessions d’éducation informelles et interactives animées avec la participation d’un médecin local qui faisait office d’interprète. « De nombreuses discussions ont porté sur les défis psychologiques auxquels font face les enfants srilankais atteints de diabète, ainsi qu’à des aspects plus concrets concernant l’accès à l’insuline, aux lecteurs d’insuline, aux bandelettes et à l’éducation, c’est-à-dire les domaines dans lesquels le programme LFAC apporte son soutien depuis 2004 », raconte Angie.

Les deux journées suivantes ont été consacrées à enseigner au personnel infirmier local les aspects pratiques de la gestion du diabète au moyen d’une combinaison d’exposés, de discussions et de matériel pédagogique en ligne. « Lors de mon séjour, j’ai travaillé en étroite collaboration avec l’équipe sur place, en donnant des conseils en matière d’éducation et en expliquant diverses méthodes visuelles permettant d’enseigner aux enfants atteints de diabète la complexité de leur maladie. »

La visite a permis à Angie de réaliser que le diabète constitue une expérience universelle : « On voit très clairement que les enfants et les jeunes, où qu’ils vivent, sont confrontés à des problèmes identiques, notamment les fausses croyances entourant le diabète, la crainte des hypoglycémies, les enseignants qui refusent de voir la maladie et même, pour certains enfants, l’interdiction de se rendre à l’école en raison de leur maladie. » Cette visite a également été une grande réussite sur le plan professionnel : « Bien que je n’aie passé que quatre jours à Colombo, nous avons accompli énormément de choses. Nous avons renforcé nos relations et le retour d’expérience des équipes du centre a été positif. J’ai moi-même beaucoup appris des familles et des équipes. »

Le sentiment est le même au sein de l’ASLD : le Dr Mahen Wijesuriya, secrétaire honoraire de l’ASLD, a confié que « Angie a été formidable avec les enfants, les jeunes et leurs parents. Nous avons apprécié sa manière informelle de procéder et, en particulier, le fait qu’elle soit proche de son public, quel qu’il soit. Par le passé, nous avons connu de nombreux éducateurs, mais c’est elle qui nous a le plus impressionnés par son style et elle nous a appris énormément de choses. »

Pour de plus amples informations, consultez la mise à jour estivale du programme.