Facteurs de risque

Des recherches sont encore en cours afin d’établir les facteurs de risque du diabète de type 1. Toutefois, la présence d’une personne atteinte de diabète de type 1 dans la famille augmente le risque d’apparition de la maladie. Des facteurs environnementaux et l’exposition à certaines infections virales ont également été liés au risque de développement du diabète de type 1.

Divers facteurs de risque ont été associés au diabète de type 2, entre autres

  • les antécédents familiaux de diabète ;
  • le surpoids ;
  • l’alimentation peu saine ;
  • l’inactivité physique ;
  • l’âge avancé ;
  • la tension artérielle élevée ;
  • l’ethnie ;
  • l’intolérance au glucose (IG)* ;
  • les antécédents de diabète gestationnel ;
  • la mauvaise alimentation pendant la grossesse.

*L’intolérance au glucose (IG) est une catégorie d’hyperglycémie qui se trouve en deçà du seul de diagnostic du diabète.

Les modifications de l’alimentation et de l’activité physique liées au développement et à l’urbanisation rapides ont entraîné une augmentation nette du nombre de personnes atteintes de diabète.

Les femmes enceintes qui sont en surpoids, chez qui une intolérance au glucose (IG) a été diagnostiquée ou qui ont des antécédents familiaux de diabète sont toutes exposées à un risque accru de développer un diabète gestationnel. En outre, le diagnostic dans le passé d’un diabète gestationnel ou l’appartenance à certains groupes ethniques expose davantage les femmes au risque de diabète gestationnel.

Connaître votre risque de développer le diabète de type 2

Les questionnaires brefs sont des moyens simples, pratiques et peu coûteux d’identifier rapidement les personnes susceptibles d’être exposées à un risque plus élevé de diabète de type 2 et dont le niveau de risque doit être étudié de manière plus approfondie. Le formulaire finlandais d’évaluation du risque de diabète de type 2, mis au point en 2001, est un exemple de questionnaire efficace pouvant être utilisé comme base afin d’élaborer des questionnaires nationaux prenant en compte des facteurs locaux. Il consiste en huit questions associées à un score. Le score total permet de mesurer la probabilité de développer le diabète de type 2 au cours des dix prochaines années. De brefs conseils sur ce que la personne peut faire pour réduire les risques de développer la maladie et qui l’invitent ou pas à consulter un professionnel de la santé ou à subir un examen clinique figurent au verso du formulaire. Le test ne prend que quelques minutes et peut être passé en ligne, dans les pharmacies et lors de divers événements dans le cadre de campagnes de sensibilisation du grand public. Le questionnaire peut être téléchargé dans plusieurs langues.

La FID a mis au point le test du cercle bleu, un outil interactif en ligne qui présente les facteurs de risque du diabète de type 2 et les actions positives qui peuvent être entreprises afin de réduire les risques.

Comment réduire les risques?

A l'heure actuelle, il est impossible de prévenir le diabète de type 1. Les facteurs environnementaux que l'on croit responsables du déclechement du processus qui entraîne la destruction des cellules productrices d'insuline de l'organisme sont toujours en cours d'étude.

Il existe de nombreuses preuves qu’une adaptation du mode de vie (un poids sain et une activité physique modérée) contribue à prévenir l’apparition du diabète de type 2.

L’obésité, en particulier l’obésité abdominale, est liée à l’apparition du diabète de type 2. La perte de poids améliore la résistance à l’insuline et réduit l’hypertension. Par conséquent, les personnes souffrant de surpoids ou d’obésité doivent être encouragées à atteindre et maintenir un poids sain.

L’activité physique est un des principaux piliers de la prévention du diabète. Une activité physique accrue est importante pour maintenir la perte de poids et est liée à une diminution de la tension artérielle, une réduction de la fréquence cardiaque au repos, une augmentation de la sensibilité à l’insuline, une amélioration de la composition corporelle et une amélioration du bien-être psychologique.

Une alimentation équilibrée et nutritive est essentielle pour la santé. Un régime alimentaire sain réduit les facteurs de risque de maladies cardiovasculaires.

Autres comportements à envisager :

Tabagisme: un facteur de risque connu depuis longtemps de nombreuses maladies chroniques, y compris du diabète et de ses complications. En outre, le tabagisme fait augmenter l’accumulation de graisse abdominale et la résistance à l’insuline. Tous les fumeurs doivent être encouragés à abandonner le tabac. Toutefois, lorsqu’une personne cesse de fumer, il est fréquent qu’elle prenne du poids et doit donc bénéficier de conseils diététiques afin d’éviter de grossir (réagir au manque et aux symptômes de sevrage en pratiquant de petits exercices physiques pour se détendre plutôt que de grignoter, par exemple).

Stress et dépression : il a été prouvé qu’il existe un lien entre la dépression et le diabète ainsi que les maladies cardiovasculaires.

Habitudes de sommeil : dormir peu (moins de 6 heures) ou beaucoup (plus de 9 heures) peut être associé à un risque plus élevé de développer un diabète de type 2. Le manque de sommeil peut altérer l’équilibre hormonal qui régule la prise d’aliments et l’équilibre énergétique.

Dormir longtemps peut être le signe d’un trouble respiratoire du sommeil ou d’une dépression. Un traitement adéquat s’impose donc. Il existe également un lien étroit entre l’obésité et le syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS), la forme la plus courante de trouble respiratoire du sommeil.